Freddy RAPHAEL


Freddy Raphaël Freddy Raphaël est professeur de Sociologie à l'Université Marc Bloch de Srasbourg. Il a été quinze années durant doyen de la faculté des Sciences sociales, et a dirigé le laboratoire de Sociologie de la Culture européenne et la Maison des Sciences de l'Homme de Strasbourg.

Très attaché au judaïsme d'Alsace et de Lorraine, son intérêt permanent pour son histoire et sa culture s'exprime à travers de nombreuses publications.

Aujourd'hui il se bat pour que soit connu et sauvé un patrimoine mémoriel , qui témoigne de l'inscription singulière de la communauté juive dans cette terre des marges. F. Raphaël qui vient de prendre sa retraite ne s'arrêtera pas pour autant : il va poursuivre le vaste travail qu'il a entrepris voici quelques décennies.

Rappelons que F. Raphaël est le président de la Société d'Histoire des Juifs d'Alsace et de Lorraine qu'il anime par un colloque annuel , par des visites dans les villes et villages où autrefois existaient des communautés, par des visites des nombreux cimetières dont certains figurent déjà dans les monuments classés du patrimoine.

F. Raphaël travaille actuellement à la sauvegarde de la synagogue de Phalsbourg qu'il a connue dans son enfance.
F.Raphaël a été vice-président de la Communauté Israélite de Strasbourg. Il est Commandeur de l'Ordre national du Mérite au titre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Freddy Raphaël, un sociologue profondément humain
par Yolande Baldeweck
Extrait de L'ALSACE, 22 mai 2013, avec l'aimable autorisation de l'auteur

Le sociologue Freddy Raphaël, spécialiste du judaïsme alsacien, a été fait commandeur dans l'Ordre national du Mérite, lors d'une cérémonie, dimanche 19 mai 2013 à Strasbourg.
Il y avait, dans cette salle du Palais universitaire, plusieurs présidents qui ont marqué de leur empreinte l'Université de Strasbourg, mais aussi l'ancien ministre Daniel Hoeffel, le 1er adjoint au maire Robert Herrmann, le grand rabin René Gutman, et enfin tous ceux qui ont travaillé avec Freddy Raphaël, ou l'ont croisé à un moment ou à un autre de sa vie. En les accueillant, le président Alain Beretz a rendu hommage, non sans humour, à la personnalité et aux différents travaux de Freddy Raphaël.

Freddy Raphaël et Jean Waline lors de la cérémonie
Période d'errance
Professeur émérite, enseignant-chercheur "à cheval sur deux frontières", qui n'a pas oublié le yiddish, l'ancien doyen de la Faculté des sciences sociales a dirigé le Laboratoire de sociologie européenne et la Maison interuniversitaire des sciences de l'Homme d'Alsace. "Tu es l'un des meilleurs d'entre nous", a relevé le professeur Beretz, non sans citer aussi Marc Bloch. "Tu es l'un des plus brillants professeurs de l'Université de Strasbourg, qui en compte quelques-uns" , a renchéri le juriste Jean Waline, en retraçant la vie de son collègue, natif de Colmar, qui vécut ses jeunes années à Phalsbourg. Tous deux se sont retrouvés pour dire de leur ami, esprit vif, d'une profonde humanité, sans rien céder sur l'essentiel, qu'il est un "Mensch".
Né en 1936 dans une famille juive, Freddy Raphaël connut tout jeune, avec ses parents, la montée du nazisme, suivie d' "une période d'errance qui l'a marqué à jamais". Il n'en fut pas moins un excellent élève, à son retour à Phalsbourg, marqué par ses professeurs… Auteur de nombreuses publications, le sociologue s'est intéressé à l'humour et à la dérision, au rire et au blasphème, aux cimetières juifs, mais aussi à la construction de la mémoire. Directeur scientifique de la Revue des Sciences sociales , il préside la Société d'histoire des israélites d'Alsace et de Lorraine. Le professeur Waline a insisté sur "son courage à défendre ses convictions" , y compris lorsqu'elles suscitent des controverses, comme la question palestinienne.

Valeurs de la République
Entouré de sa famille, très ému, Freddy Raphaël - dont la seconde épouse, Monique Ebstein, une intellectuelle engagée, est décédée il y a quelques semaines - s'est présenté comme "un survivant, pour qui les choses ne sont jamais allées de soi, qui a été privé de quiétude et de bonne conscience". Néanmoins, il a tenu à saluer "les justes qui ont ouvert leur porte" à sa famille, "aux résistants et à ceux qui ont refusé la chape totalitaire" au mépris de leur vie, pendant les années de l'Occupation nazie.
"J'ai toujours refusé de céder au culte des racines, considérant l'aventure humaine comme une quête des traces" , a-t-il souligné, en avouant avoir encore aujourd'hui "le besoin de transmettre dans un monde où constamment tout est à recommencer". Après avoir rendu hommage à l'Université, qui lui a "laissé énormément de liberté", il a rappelé que son "judaïsme, par son exigence, rejoint les valeurs de la République…"

Textes de Freddy Raphaël sur notre site :

Publications de Freddy Raphaël sur le thème du judaïsme alsacien:


Personnalités  judaisme alsacien Accueil

© : A . S . I . J . A.