Simon FUKS
Grand Rabbin de Colmar et du Haut-Rhin
9 avril 1911 (Golub - Dobrzyn, Pologne) - 26 août 2008 (France)


Biographie
Souvenirs de guerre
זיכרונות מלחמה  (עברית) .PDF
Wintzenheim telle que je l'ai connue
Rabbin à Colmar
Raymonde Fuks
Grand Rabbin Fuks
Simon Fuks za"l
Grand Rabbin du Haut Rhin
Dessin rehaussé de Gustave Böhm (1949)


Simon FUKS
par le Grand Rabbin Jacky DREYFUS

Simon Fuks jeune
Né le 9 avril 1911 à Dobjyn en Pologne, Simon Fuks passa son enfance à Genève où ses parents lui firent donner une instruction poussée, par différents “Rebbe” privés. A l’âge de 13 ans il entra au Petit Séminaire de la rue Vauquelin à Paris, et après son baccalauréat, entama des études rabbiniques à Paris, qu'il termina en 1933. Pendant quelques années, il consacra la plus grande partie des vacances à l’étude du Talmud et des décisionnaires, à la Yechiva de Montreux. Il compléta sa formation de l’Ecole Rabbinique par une année à l’Université de Genève, où il suivit les cours d’anthropologie et d’histoire de la Philosophie. Simon Fuks mena encore de brillantes études à l’Ecole des Hautes Etudes de Paris, où il se spécialisa en langues orientales : syriaque, assyro-babylonien, et épigraphie sémitique. Pendant deux ans il fut chargé de donner des cours aux élèves typographes orientalistes de l’Imprimerie Nationale.

Au grand dam de ses maîtres de la Sorbonne, il choisit en 1936, au décès de Joseph Zivi, de s’installer à Wintzenheim, préférant cette communauté rurale mais vivante, à celle de Lunéville. Ce sera le début d’un attachement très profond à notre région, qui se concrétisera par l’exercice d’un sacerdoce qui s’étend sur cinquante années dans notre département. Dès le début de sa carrière, Simon Fuks sera amené à s’investir à Colmar, où, en plus du Rabbinat de Wintzenheim, il enseignera, que ce soit au sein du Talmud Tora ou dans les lycées et collèges de la ville, sans parler des cours qu’il donnait dans différentes localités dépourvues de tout encadrement religieux.

Mobilisé en septembre 1939, il subira la défaite militaire, sera évacué en Angleterre par Dunkerque, et à son retour en France, sera fait prisonnier en Bretagne en juillet 1940, et partira en captivité dans l’Est du Reich, d’où il reviendra en 1941. Ce sera le début d’une activité rabbinique féconde mais aussi dangereuse, à Agen, de 1941 à avril 1943. Parmi les activités du Rabbin Simon Fuks pendant cette période tragique, citons ses visites dans les camps de Rivesaltes et Casseneuil, où se trouvaient internés les Juifs étrangers, l’aide sous toutes les formes aux réfugiés rations alimentaires, faux papiers, filières d’émigration clandestine vers la Suisse et l’Espagne, évasions des camps, etc... Poursuivi par la Milice avec les siens, Simon Fuks terminera la guerre en Suisse, d’où il rejoindra Colmar au printemps 1945.

Il prit alors une part prépondérante à la reconstruction de la Communauté d’après guerre, avec ses institutions. A ce titre, Simon Fuks assumera l’intérim du grand rabbin Ernest Weill qui resta à Aix-les-Bains de 1945 à 1947, et le secrétariat général du Consistoire. Simon Fuks fut nommé grand rabbin du Haut-Rhin en octobre 1947. Depuis lors, nos fidèles, ainsi que tous ses interlocuteurs ont pu apprécier l’intelligence profonde et la culture générale particulièrement vaste de celui qui a toujours su allier les contraintes de sa charge avec ses idéaux humanistes.

Simon Fuks lors de la fête donnée pour son départ à la retraite
Durant son sacerdoce, la Communauté de Colmar restaura sa synagogue, en lui restituant son lustre d’antan, construisit en 1960 le Centre Communautaire, inaugura le premier mikwé (bain rituel) de l’époque moderne, et développa la vie associative. Parallèlement à ces activités, Simon Fuks s’est beaucoup investi dans l’enseignement et réunissait de nombreux groupes de jeunes et de moins jeunes, auxquels il faisait partager ses connaissances et ses idées. Il lutta également, avec l’énergie que nous lui connaissons, contre toutes les fausses vérités et les mensonges véhiculés par des manuels scolaires ou religieux, et des oeuvres littéraires. Prêchant l’unité communautaire qu’il a su maintenir contre vents et marées, le grand rabbin Fuks a fait preuve durant toute sa carrière, d’un courage politique hors du commun. Il fut certainement l’un des premiers rabbins au monde à prôner le dialogue avec l’O.L.P. et Yasser Arafat, en 1979.

Grand rabbin honoraire depuis son départ à la retraite en 1986, Simon Fuks continue d’exercer une activité discrète et appréciée au sein de sa communauté, qu’il a toujours considérée comme étant sa véritable famille. Nous nous souhaitons de pouvoir bénéficier de longues années encore, de ses conseils avisés, et de sa profonde sagesse.

Note de la Rédaction :
Le grand rabbin Fuks s'est éteint le mardi 26 août 2008 (25 av 5768) à Colmar. Ses obsèques ont eu lieu le jeudi suivant au cimetière israélite de la ville.
Dans le communiqué publié par le grand rabbin Dreyfus, la Communauté Israélite de Colmar, et le Consistoire du Haut-Rhin on lisait notamment :
"Nous garderons le souvenir de son dévouement à la cause du judaïsme, de son ouverture d’esprit, de son érudition exceptionnelle sans omettre son courage durant les années de guerres."

Rabbins

Colmar

Accueil
© A . S . I . J . A .