Yardena ARAZI


Yardena Arazi est l'une des chanteuses israéliennes les plus célèbres, et l'une de celle qui est le plus identifiée à la chanson israélienne.

Elle naît le 25 septembre 1951 au Kiboutz Kabri, sous le nom de Yardena Feinbaum (le nom de la famille sera hébraïsé peu après sa naissance). Son père, David Feinbaum, originaire d'Allemagne, est l'un des fondateurs du Kiboutz Beith Aarava, replié à Kabri après la guerre d'indépendance.

Sa mère, Yvette Loinger,naît à Strasbourg en 1928, de parents venus d'Europe de l'Est, et fait partie d'une famille de sept frères et sœurs ; l'un d'eux, Simon Loinger, demeure aujourd'hui encore à Strasbourg. Un autre de ses frères est Georges Loinger (1).La grand-mère de Yardena était la sœur de la mère du mime Marcel Marceau. Après la deuxième guerre mondiale, Yvette Loinger monte seule en Israël et s'installe au Kiboutz Kabri où elle rencontre son futur époux.

Yardena a deux ans quand famille s'installe à Haïfa, et sa carrière commence lorsqu'elle a à peine seize ans avec le groupe "Beith Rotschild" de la ville. Elle fait son service militaire dans la célèbre "Compagnie du Nahal" dont elle est la vedette, non seulement pour son talent vocal, mais aussi pour sa beauté exceptionnelle. La Laaqath Hanahal est à l'époque la troupe de divertissement la plus prestigieuse de l'armée, qui crée des chansons telles que Shir Lashalom, ou Shir Haareouth. Elle reste trois ans dans la troupe, dont elle devient le commandant.

Lorsqu'elle quitte l'armée, elle fait partie du trio féminin "Shokolad Menta Mastic" ("Chocolat, Menthe, Chewing gum"). Avec ses deux compagnes (Ruthie Holtzman et Lea Lupatin), elle se produit dans de nombreuses émissions télévisées, ainsi que sur scène et Israël et à l'étranger, et figure dans des campagnes publicitaires. En 1976, le trio représente Israël au concours de l'Eurovision, chantant Emor Shalom.

Yardena quitte le groupe en 1978, au bout de cinq ans, pour aborder une carrière en solo couronnée de succès.

En 1978, le concours de l'Eurovision se tient pour la première fois à Jérusalem et Yardena est choisie pour le présenter ; c'est elle qui est chargée de la traduction en français, et elle se fait aider par sa mère pour apprendre les textes ! Cette apparition lui vaut une renommée internationale et une compagnie de disque germanique lui propose de s'installer en Allemagne pour continuer sa carrière. C'est une proposition tentante, mais elle décide que sa vie doit se faire en Israël.

Son premier album solo, appelé simplement "Yardena Arazi" sort en 1982. En 1984 elle est nommée "Chanteuse de l'année", et reçoit le prix du "Kinor David" qui récompense les artistes les plus remarquables. A cette époque, elle est considérée comme la chanteuse la plus populaire d'Israël et obtient plusieurs disques d'or et de platine.

Le style de ses chansons est résolument israélien, et elles sont écrites par les plus grands créateurs de cette époque, par exemple Mati Kaspi et Ehud Manor. Toutefois, en 1987, elle sort un album de chansons tziganes, "L'âme bohémienne", qui lui vaut une récompense de " double platine".

En 1994 le premier ministre Itzhak Rabin invite Yardena à l'accompagner dans une visite officielle en Russie. Là, elle se produit devant des milliers de spectateurs et paraît sur toutes les chaînes de télévision. Cette même année la famille connaît une tragédie : le père et la mère de Yardena décèdent à cinq jours d'intervalle du cancer.

Deux ans plus tard, elle accepte d'animer l'émission matinale de la chaîne télévisée Telad, en compagnie du journaliste Dov Gilhar, ce qu'elle fera pendant neuf ans. Son talent de journaliste, acquis sur le tas, surprend le public et lui vaut une nouvelle notoriété.

Yardena Arazi avec son oncle Georges Loinger (à dr.) âgé de 102 ans, sa tante Emma, 100 ans, et son oncle Charles, le plus jeune, qui n'a que 92 ans - mars 2013
En 2009 Yardena publie son quinzième album "Bossem al ori" ("Parfum sur ma peau"), réalisé par Yehuda Poliker, avec des textes des plus grands créateurs du pays. L'album contient une chanson appelée "Oda'ah nimsera le mishpa'ha" ("La famille a été informée"), en hommage au soldat Ouri Grossmann, fils de l'écrivain David Grossmann, tombé au champ d'honneur lors de la deuxième guerre du Liban. Après la sortie du disque, Yardena a repris ses tournées dans tout le pays, saluée par la critique comme par les spectateurs.

En 2011 elle reçoit le prix du Commandant de la Radio de l'Armée pour son programme d'hommage aux compagnies militaires de spectacles.

Yardena Arazi est mariée depuis 1983 à l'ingénieur Nathan Tomer, et mère d'une fille, Alona. Elle conserve sans doute de ses racines rhénanes une grande réserve, qui lui interdit d'étaler sa vie privée en public, chose rare dans le milieu du music hall. Elle dit d'elle-même : "quand j'ai des problèmes, je les garde pour moi"…

Sources :
  1. Georges Loinger naît en 1910 à Strasbourg. Bien qu'ayant terminé des études d'ingénieur, il devient professeur d'éducation physique à l'école Maïmonide de Boulogne-Billancourt. Dans les années qui précèdent la seconde guerre mondiale, il s'occupe d'accueillir de jeunes réfugiés juifs d'Allemagne.
    Avec le soutien du Dr Joseph Weill, il organise jusqu'à la Libération le sauvetage de plusieurs milliers d'enfants juifs qu'il fait convoyer via Annemasse jusqu'en Suisse. Voir l'article : Quelques figures alsaciennes de l'OSE impliquées dans le sauvetage et l'éducation des enfants
    Après la guerre, il œuvre pour faciliter le passage des rescapés du nazisme en Palestine mandataire et joue un grand rôle dans l'affaire de l'Exodus lorsque ce bateau fait escale en France. Il sera ensuite directeur de la filiale française de la compagnie de navigation israélienne Zim. En mars 2013, au cours d'un voyage en Israël à l'âge de 102 ans, il est reçu par le président Shimon Peres.
    Georges Loinger est Commandeur de la Légion d'honneur à titre militaire et a reçu la Médaille de la Résistance, la Croix de guerre avec palmes et la Médaille d'Or du ministère de l'Éducation nationale, de la jeunesse et des Sports.


Personnalités  judaisme alsacien Accueil
© A . S . I . J . A .