HOL KREISCH
par le Grand Rabbin Max Warschawski


Hol Kreisch de Liora Sabbah, 1979. Les deux "bonnes fées" qui tiennent le berceau sont le Pr. Freddy Raphaël et le G.R. Warschawski - © M. Rothé
Parmi les traditions en usage surtout dans la vallée du Rhin figure la cérémonie de la "Hol Kreich", cérémonie de la nomination des nouveau-nés. La signification de ce terme a été diversement interprétée :
  1. Ce serait une déformation du terme français "haut la crèche" (crèche signifie berceau) parce que l'on soulevait le berceau au moment de proclamer le nom de l'enfant.

  2. "Holle kreichen", c'est-à-dire crier pour effrayer la Frau Holle, sorcière qui cherche à faire du mal aux petits-enfants.

  3. L'expression 'hol kreichen que l'on trouve déjà aux 14e et 15e siècles signifie simplement crier, proclamer à haute voix, le nom profane ('hol) du nouveau-né en opposition au nom kodesh (nom hébreu).

Cette nomination est mentionnée déjà dans les écrits des Tossafistes et daterait donc du Moyen Age

Cette cérémonie concernait aussi bien les garçons et filles. Au moment de la circoncision, on donnait à haute voix le nom juif de l'enfant, nom par lequel il serait appelé à la Torah.
C'était en général un nom hébraïque, biblique ou talmudique. Dans la vie quotidienne on appelait l'enfant par un prénom qui était souvent judéo-allemand, et qui se perpétuait de génération en génération.

Prenons quelques exemples : Dov s'appelait Bär (ours), YehoudaLeib (Lion), d'après la bénédiction de Jacob à ses enfants (Genèse ch. 49), et BenjaminWolf (Loup).

Pour les fillettes, qui ne seraient pas appelées plus tard à la Torah, les noms bibliques étaient beaucoup moins fréquents, mais elles portaient en Alsace des prénoms qui étaient souvent survivance du passé.
A titre d'exemple Sprinz - de Spéranza. Très souvent des noms hébraïques étaient déformés : Rachel devenait Rechele, Tsipora devenait Tseper, des prénoms allemands étaient yiddichisés.


Au cours des dernières générations, la Hol Kreisch des petits garçons a disparu, pour ne pas faire double emploi avec la nomination au brith mila (circoncision).

Cérémonie de la "Hol Kreisch"

Holle KreishLa Hol Kreisch se fait en général le Shabath où l'accouchée sort pour la première fois pour aller à la synagogue. On réunit chez soi les amis de la famille, mais surtout beaucoup d'enfants qui entourent le berceau du bébé.

Le rabbin, ou toute autre personne récite le premier verset de chacun des cinq livres de la Torah ainsi que le dernier verset du Deutéronome. Puis il demande aux enfants de soulever le bébé dans son berceau. Il leur demande à trois reprises:
"'Hol Kreich, Wie Soll's Pupele Hasse" (en Israël: "'Hol Kreich ei'kh korim labath" - "'Hol Kreich comment appelle-t-on cette fille ?"). Les enfants répondent à chaque fois par le nom donné à l'enfant.
Pour les garçons, par le nom 'hol (Baer, Leib, Kochel, Wolf, etc), pour les filles par le nom qui sera le leur.
Puis, les enfants récitent Hamala'h (la prière avant le coucher), et le premier paragraphe du Shema Israël (l'invocation "Ecoute Israël").
Enfin le rabbin bénit l'enfant comme les parents le font le Shabath (yesim'ha…).
Si un Cohen est présent, il fait la Birkath Cohanim (bénédiction des prêtres).

La cérémonie s'achève par une réception ou un repas de famille. Il ne faut surtout pas oublier de distribuer aux enfants des dragées.
Mazal Tov !      

Traditions Judaisme alsacien

© A . S . I . J . A .