img
 
 

Un moment digne d’être fêté, d’être spécialement souligné, car dans une communauté, et pour la Kehillah tout entière, c’est une bénédiction.

Le "Jardin d’Enfants Brunschwig", au nom de l’éminent rabbin et maître d’avant-guerre, créé à la libération, avait connu de graves difficultés financières, et dans les années 1965, le Président René Weil, le Parness du moment, mobilisa littéralement quelques administrateurs afin de résoudre les problèmes en suspens. 

Cela permit au "Jardin d’Enfants Grand Rabbin Weill" -autre rabbin prestigieux-, l’actuel "Gan Chalom", de prendre le relais et d’être toujours présent. 

Les comités et les dirigeants ont compris que ce Gan, seul point de rencontre et de contact pour des jeunes appartenant à toutes les couches de la communauté juive de Strasbourg, pouvait apporter des bases et des connaissances à tous ces enfants, et avoir ainsi une influence certaine auprès des parents.

A l’époque, le Gan Chalom était l’unique Gan des communautés de Strasbourg. Nous avons des preuves probantes quant aux résultats auprès des jeunes, qui mieux encore, sont restés fidèles aux jardinières, notamment à notre amie Rolande.

Le Gan n’est ni une université, ni une yeshiva, mais c’est un creuset, un gage d’avenir pour une Communauté vivante.

Formons des voeux pour que d’autres rencontres et activités puissent montrer la vitalité de cette institution, sa place privilégiée. Que l’expérience acquise, le savoir faire des jardinières permettent de garder cette empreinte positive, si marquante sur les générations d’anciens….

Jack Meyer-Moog
1er Président, fondateur du Gan Chalom
 


50 ans ...
 
 

LES ANCIENS 

DU GAN