SENONES
L’ancienne synagogue
Gilles GRIVEL
Professeur d'histoire au lycée Jean-Lurçat de Bruyères, président de l'association Daniel-Osiris pour la sauvegarde de l'ancienne synagogue de Bruyères


L'ancienne synagogue devenue temple protestant

Senones est une petite ville de 2 500 habitants située au nord-est du département des Vosges, dans la vallée du Rabodeau, un affluent de la Meurthe. Elle se trouve à seulement une dizaine de kilomètres de l’Alsace. C’était jusqu'en 1793 la capitale d’une petite principauté, la principauté de Salm.

Des commerçants juifs à Senones au 18e siècle
Au 18e siècle, comme dans le reste de l‘actuel département des Vosges, des commerçants juifs (des colporteurs et des marchands de bestiaux) originaires d’Alsace viennent à Senones. En 1773, une ordonnance du prince de Salm limite leurs activités.

L’arrivée des familles juives
En 1793, la France annexe la principauté de Salm. De ce fait, la décision prise en 1791 précédente par l’Assemblée constituante d’accorder aux juifs la pleine citoyenneté et d’abolir toutes les discriminations dont ils étaient victimes s’y applique désormais.
Des Juifs s’établissent à Senones dans les années 1840. Leur nombre ne cesse de croître jusque dans les années 1880.
Ils sont 65 en 1861, 85 en 1873 et 104 en 1885, année où leur nombre est le plus grand. Ils viennent généralement de l’Alsace voisine. Ils sont commerçants. Ils s’occupent en particulier du commerce des bestiaux et des produits textiles (tissus, vêtements, mercerie).

La construction d’une synagogue
Une vie communautaire se met en place avec l’embauche d’un ministre-officiant et la location d’une salle pour y célébrer le culte. Parce que la communauté ne peut plus disposer de cette salle, elle décide de construire une synagogue, qui est inaugurée le 11 mars 1897. Ses plans sont réalisés par un architecte de Saint-Dié, Martin, Sur la façade de l’édifice, se trouve une inscription hébraïque tirée du livre d’Isaïe : "Car ma maison sera appelée maison de prière pour tous les peuples" (Is. 56:7).

Du déclin à la disparition de la communauté juive
La synagogue est inaugurée alors que le communauté juive décline déjà. Elle ne compte plus que 87 fidèles en 1896, 67 en 1904, 56 en 1910.
Ce déclin touche l’ensemble des autres petites communautés vosgiennes. Il est lié à l’ascension sociale des enfants des familles juives qui s’établissent dans des grandes villes. Il continue entre les deux guerres.
Dans les années 1930, les juifs sont moins d’une trentaine. Les offices religieux ne sont plus célébrés régulièrement.
Au début de la seconde guerre mondiale, des Juifs alsaciens viennent se réfugier à Senones. Après la défaite de l’armée française au printemps 1940 et les mesures antisémites adoptées par le gouvernement de Vichy, il reste peu de juifs dans la ville. Les rares qui y restent sont arrêtés lors d’une rafle en mars 1944 et déportés à Auschwitz, où ils sont assassinés.

Une synagogue devenue temple protestant
En 1945, seuls trois juifs reviennent à Senones. Ils ne peuvent plus organiser de services religieux dans la synagogue. La paroisse de l’Eglise réformée de Senones demande au consistoire central israélite d’acquérir l’édifice.
Celui-ci lui le cède gratuitement en 1949 "compte tenu du dévouement des protestants envers les juifs durant les années de persécution".
La synagogue est devenue un temple protestant et l’est resté jusqu’aujourd’hui.
Illustrations : © Gilles Grivel
 


Synagogue
précédente
synagogues Judaisme alsacien Accueil
© A . S . I . J . A .