HAYANGE
Extrait de Histoire des Juifs en Moselle
Claude ROSENFELD et Jean-Bernard LANG
Editions Serpenoise  2001


L'inauguration de la
Synagogue de Hayange

Extrait du Bulletin de nos Communautés
9 octobre 1957

Après la pluie le beau temps, après les épreuves si dures et si pénibles de la dernière guerre, la communauté juive de Hayange possède à nouveau une maison de prière digne de son passé. Une assistance très nombreuse de 2000 personnes environ aussi bien composée de coreligionnaires que de membres d'autres confessions religieuses, a participé à l'éclatante fête qu'était l'inauguration offi­cielle de la synagogue.
Quand tout le monde avec stricte discipline a occupé sa place assignée, M. Laporte, Préfet de la Moselle, inspecteur général de l'Administration, pénétra à 15 heures dans le temple et la cérémonie inaugurale commença.
M. Jules Lévy, Président de la Communauté, d'une voix émue, remercia tout d'abord toutes les personnalités présentes, ceux qui de près ou de loin, participèrent à titres divers à la reconstruction de l'édifice religieux, toutes les personnes qui avaient bien voulu honorer de leur présence la cérémonie, puis, retraçant l'historique de la communauté de Hayange, montra combien celle-ci était toujours attachée à ses traditions et à sa croyance.
M. Etlin, Président du Consistoire israélite de la Moselle, prit ensuite la parole et mit le martyrologe juif de la dernière guerre en parallèle avec l'inauguration solennelle de ce jour.
Ce fut ensuite la remise officielle de la clef, portée sur un coussin par un petit garçon entouré de quatre petites filles, par M. Engler, Maire de Hayange à M. Jules Lévy. Enfin vint le moment solennel et combien émouvant de l'entrée des rouleaux de notre sainte Tora portés par M. Marcel David, Ministre officiant de la communauté, et par les plus anciens membres précédés par M Simon, bedeau de Metz, MM. .Tales Lévy et Camille Marx, M. le Grand Rabbin Dreyfus, MM. les Rabbins Heiselbeck et Roger Cahen et suivis de tous les ministres officiants présents revêtus de leur toges.
Après la bénédiction et l'allumage du Neir Tamid par M. Marcel David, la prière pour la République et Israël, M. le Grand-Rabbin Dreyfus de Metz sut par des paroles vigoureuses et bien senties d'une haute valeur spirituelle montrer à l'assistance Ce que doit être le symbole d'une maison de prière reconstruite.
Que dire des chants de la chorale de Metz, dirigée par M. Rosenzweig, avec le concours de M. Sylvain Binn, si ce n'est qu'ils furent merveilleux à tous points de vue. La voix extraordinaire de M. Kahlenberg, Ministre Officiant de Bruxelles, émut profondément toute l'assistance.
Cette belle cérémonie fut honorée par la présence de nombreux parlementaires et autres autorités civiles et religieuses juives ou autres. Un vin d'honneur offert par la municipalité clôtura la partie officielle de cette inauguration qui s'acheva pour les présents par une belle .soirée dansante. Nombreux furent nos concitoyens qui visitèrent le temple après la cérémonie, dont le souvenir restera inoubliable pour tous et souhaitons, comme l'a dit M. le Grand-Rabbin Dreyfus, que cette synagogue reconstruite sur le plan matériel, le soit aussi sur le plan spirituel pour le plus grand bien du judaïsme et la gloire de Dieu.

P. Roos.
Communauté fondée le 22 février 1856, même s'il est probable que des individus isolés s'y installèrent quelques années avant la Révolution. Jusqu'à sa création officielle, les Juifs habitant Hayange dépendaient administrativement de la communauté de Thionville.

Le premier ménage semble avoir été celui de Moïse Fribourg, établi dans la localité en 1813 Du moins c'est le premier figurant sur un acte d'état civil de la mairie. Il porte curieusement la mention "israélite" en regard du nom de l'intéressé, ce qui, à cette date, est illégal.

On mentionne un chantre dès 1849, Juda Kratz, et une synagogue fut construite en 1863, remplaçant un établissement provisoire créé en 1856. Il semblerait que la communauté de Hayange ait fait l'objet de la considération générale dès cette époque car l'on relève à deux reprises, en 1862 et en 1868 la présence de témoins non-juifs lors des mariages civils précédant ceux célébrés ensuite à la synagogue. Il n'en allait cependant pas de même sur le plan des relations intérieures au monde juif. Il y avait tant de "désordres" à Hayange que le 7 mars 1859, le consistoire envisagea de fermer le temple (probablement alors un simple appartement) et dépêcha sur place une mission d'enquête. Il s'agissait probablement de différents d'ordre financier entre la communauté et le consistoire.

En général les relations avec la population non-juive étaient bonnes. Un incident eut lieu cependant en décembre 1922 lorsque le patronage Saint-Martin, sous la direction de l'abbé Schivre, joua une pièce intitulée Le fils de France, drame patriotique se passant pendant la guerre de 1870, mais où le rôle du traître était tenu par un personnage appelé Samuel Herman, Juif de Mayence. La communauté protesta avec vigueur et la préfecture intervint auprès de l'évêché. L'abbé protesta avec force de sa bonne foi, n'ayant jamais imaginé que les Juifs français d'Hayange puissent se sentir visés par le caractère odieux attribué par la pièce à un Juif allemand. D'ailleurs, ajoutait-il, les Juifs de Hayange avaient largement contribué à la fourniture du décor et des costumes au profit du patronage.

le ministre officiant
Marcel David

La longévité des ministres-officiants de Hayange fut d'ailleurs, à une exception près, tout à fait extraordinaire car à Juda Kratz succéda de 1885 à 1920 Lazard Marx puis Marcel David jusqu'en 1986, soit trois hommes en cent trente-sept ans, encore qu'il ne soit pas certain que L. Marx ait succédé immédiatement à J. Kratz.

Marcel David qui enseigna au Talmud Thora ("heder") entre les deux guerres, aura une grande influence sur ses élèves puisque de Hayange est issu le grand rabbin Roger Cahen (Rav Guershon), fondateur de la Yeshiva d'Aix-lesBains. Il enseigna également au lycée de jeunes filles de Thionville en 1920, et de 1925 jusqu'en 1940, cumula l'enseignement au lycée et au heder. En 1930, il avait également créé une chorale qui fonctionna jusqu'en 1940, puis à nouveau de 1945 à 1965. Elle comptait une trentaine d'enfants dirigés par les frères Robert et Paul Wormser.

La communauté était alors florissante et comptait une centaine de familles entre 1925 et 1940. En 1926, elle acquit deux immeubles communiquant par la cour et donnant l'un sur la rue du Président Poincaré, l'autre sur la rue de Verdun, pour y créer un centre communautaire attenant à la synagogue.
Celle-ci fut détruite sur l'ordre du maire allemand Anton Betz dès juillet 1940 et la communauté paya un lourd tribut à la barbarie nazie : quatre morts au champ d'honneur, cinquante déportés, douze décédés.

La communauté se reconstitua en décembre 1945, ouvrit un oratoire provisoire dans un local appartenant à M. Simon Michel, rassembla des objets de culte et assura son financement (premier bal de Sim'has Thora en septembre 1946). Marcel David recréa le Talmud Thora en 1945 et l'exerça jusqu'en 1980. Nommé 'haver, il était titulaire des Palmes Académiques. La reconstruction de la synagogue sera longue et laborieuse pour d'évidentes raisons financières. Elle ne sera inaugurée que le 15 septembre 1957, récompensant l'effort acharné des membres de la commission, MM. Jules Lévy-Michel, président de la communauté de 1945 à 1970, Camille Marx, René Roos, Raymond Lévy, Simon et René Michel, Robert Wormser, qui fut président de 1970 à 1986, Lucien Lazar, qui lui succéda jusqu'aujourd'hui encore, Pierre Roos et André David.

Inauguration de la synagogue - 15 septembre 1957

Cependant comme partout, la démographie n'était pas favorable au maintien d'une vie juive active : décès non remplacés, jeunes gens partis s'installer dans les grandes villes, départs pour Israël ou retraites dans le midi etc. Le 'hazan Marcel David prit sa retraite en 1986 à la suite du décès de son épouse et disparut lui-même en 1988. Il fut alors remplacé par le président Robert Wormser qui démissionna de son poste pour se consacrer à la poursuite des offices, mission partagée par André David.

La synagogue dégradée par un cocktail molotov -janvier 2009
lire l'article

En juin 1987 eut lieu un incident qui eût pu avoir les plus graves conséquences : une partie du plafond de la synagogue s'effondra. Pendant cinq ans, la communauté dut se cantonner dans l'oratoire pendant qu'avec l'aide de la municipalité, on rassemblait les fonds nécessaires à la reconstruction. Celle-ci s'acheva le 20 décembre 1992 par la seconde inauguration du bâtiment.

Une autre date demeure dans toutes les mémoires, celle du 4 décembre 1994, au cours des fêtes de Hanouka. La communauté avait convié ce jour-là le Grand Rabbin Guedj, le rabbin Fiszon, maître Rozeneck, président du consistoire, René Lévy, président honoraire ainsi que diverses personnalités locales, M. Alphonse Bourgasser, député-maire, le pasteur Dietsch et l'archiprêtre Persem, lorsqu'elle fut rejointe inopinément par Monseigneur Raffin, évêque de Metz, ce jour-là en visite pastorale à Hayange.

La communauté dispose aussi de deux cimetières, l'ancien, créé sur un terrain acheté le 26 décembre 1866, qui fut utilisé jusqu'en 1965, et un nouveau, ouvert à cette date.

Janvier 2009 : un cocktail molotov est lancé contre la synagogue de Hayange en Moselle. Selon le SPCJ, "les dérives de la mobilisation pro-palestinienne de janvier 2009 (...) ont ouvert la voie à de nombreuses attaques antisémites visant biens et personnes. La parole antisioniste, galvanisée par un certain élan populaire anti-israélien s'est libérée, s'exprimant parfois avec violence contre la communauté juive de France. Cette tendance s'est confirmée au fil des mois qui ont suivi".


Agrandir le plan

Synagogue
précédente
Synagogue
suivante
synagogues Judaisme alsacien Accueil
© A . S . I . J . A .