L'oratoire de la Résidence, qui a été démonté en mai 2013


Adieu à la Résidence René Hirschler
Michel ROTHÉ


Cette institution communautaire vieille de 150 ans, vient d'être vendue au mois de mai 2013. Inaugurée le 3 mai 1863 (14 Iyar 5623), c'était une œuvre hospitalière qui avait pour but de recueillir et de soigner soit gratuitement, soit moyennant pension, les malades, les infirmes et les vieillards israélites de la région de Mulhouse et de Belfort. C'est à l'initiative de responsables communautaires qu'en 1861 fut décidé la création de cet hospice-hôpital, dont la construction s'acheva en 1863, et qui était situé rue Koechlin à Mulhouse. Il fut transféré en 1930 à Pfastatt, et prit après la guerre le nom de Résidence René Hirschler.

Pendant de nombreuses années, cette maison a été dirigée par Monsieur et Madame Robert Hayoun, qui ont su y maintenir une vie juive, avec une nourriture cashère et des offices religieux.

Vers la fin des années 1970, j'ai eu l'occasion de les remplacer pendant deux semaines, afin qu'ils puissent prendre des vacances. Je garde le souvenir de l'un des pensionnaires, Hyppolite Jacob, père de Jean-Louis Jaubert, le Compagnon de la Chanson qui lui écrivait tous les jours, quel que soit l'endroit où il se trouvait dans ses tournées à travers le monde, soit une lettre, soit une carte postale. Mais Hyppolite était aveugle, et c'était une de ses voisines de chambre qui venait lui lire le courrier envoyé par son fils. Je me rappelle aussi de Monsieur Nordmann, père de Madame Colette Kahn de Mulhouse : il avait fait une fugue, et je dus partir à sa recherche, arpentant les rues de Pfastatt ! L'ambiance était chaleureuse et je repense avec émotion à cette brève période où, malgré mon jeune âge, j'avais dû assumer la responsabilité du bien-être de ces personnes du troisième et du quatrième âge.

Dans les années 2000, le rabbin Edgard Weill a terminé ses jours dans cette maison, qui faisait partie intégrante des institutions de la communauté de Mulhouse, et garantissait encore alors à ses pensionnaires une vie juive jusqu'à la fin de leurs jours.

Ces dernières années, malheureusement, tout ce qui avait trait au judaïsme dans la résidence avait été supprimé, en dehors de l'allumage annuel des bougies de Hanouka. D'après nos informations, dès la signature du contrat de vente, les mezouzoth des portes ont été retirées, et la synagogue-oratoire démontée. Cette institution aura duré 150 ans , triste fin de carrière…
On nous laissé entendre que les nouveaux propriétaires auraient décidé de maintenir les nappes blanches pour le repas du vendredi soir, en souvenir du passé juif de la maison. Maigre consolation…

Il nous semble qu'il serait opportun d'apposer tout au moins une plaque-souvenir à l'entrée du bâtiment pour évoquer le rôle primordial que celui-ci a joué dans la vie juive de la région mulhousienne, et pour rappeler les noms de tous les responsables qui ont œuvré pour sa réalisation.

 

Synagogue
précédente
Synagogue
suivante
synagogues Judaisme alsacien Accueil
© A. S . I . J . A .