La communauté juive de Belfort dans la Shoah


Guerre de 1940-1945

Dans un rapport de juillet 1940, le Préfet fait état des effectifs par religion représentée dans la ville : il indique 1200 Juifs. Dès 1939, les Juifs français ont été mobilisés, les jeunes Juifs étrangers quant à eux, se sont engagés à la Légion étrangère, dès septembre 1939. - 12 décembre 1940 : mise en place du processus d'aryanisation des biens juifs (1) mis en vente à partir du 21 mars 1941
- 7 juin 1942 : port obligatoire de l'étoile jaune avec l'inscription "Juif"
- 11 juillet 1942 ;première rafle de Juifs étrangers (de 16 à 45 ans) à Belfort.


Henriette Bloch

Henriette Bloch a tenu un journal (2) durant la période de la guerre, voici un court extrait : A la boulangerie, fermée le lundi, foule. Une étoile jaune. C'est un vieux chiffonnier crasseux. Je lui dis : "Tiens, vous aussi, jamais deux sans trois, où est le troisième ?" Tout le monde rit. En petit nègre, le chiffonnier qui sait à peine le français - est-il roumain, russe, tchécoslovaque, je ne sais (3) -  essaie de répondre. Il baragouine quelques mots puis crie à tue tête "Je suis juif, merde pour la Prusse".
"Cela c'est français"  disent les gens.
Au lycée (4), ahurissement du proviseur. Les élèves crient  "Prête moi ta veste" . Certains professeurs font mine de ne rien voir, d'autres ont des airs compatissants. L'après-midi, au cours d'allemand, M [R...] est très fâché : "Je suis pourtant antisémite mais je n'admets pas cette mesure. Si le proviseur était moins morose je vous enverrai chez lui avec une observation car vous portez un insigne contrairement à la circulaire de M. le Recteur".
L'abbé Pourchet, aumônier du lycée, s'est avancé vers Julien lorsque les élèves rassemblés s'apprêtaient à monter dans les classes et lui a dit "Bloch, permettez-moi de vous exprimer toute ma sympathie".
Lorsque je circule en ville, je reçois beaucoup de saluts de gens que je ne connais pas.

Un exemple parmi les Juifs de Belfort, Henriette Bloch qui est veuve depuis 1941, est dénoncée pour ne pas porter l'étoile jaune, elle est convoquée par deux fois à la Kommandantur, elle quitte Belfort avec Julien son fils qui vient de passer brillamment son baccalauréat, le jour du deuxième ordre de se présenter, ils doivent passer la ligne de démarcation entre Salins et Poligny. Croyant le danger écarté, Julien court, et disparaît. Henriette passe la ligne, Julien a été arrêté par une patrouille allemande, puis interné à Pithiviers, déporté et assassiné à Auschwitz. Henriette survivra, tenant son journal jusqu'à la fin de la guerre, et reviendra à Belfort où elle décèdera.

Polonais
Le 25 août 1939, la population juive polonaise de Belfort a ouvert une souscription, pour manifester son attachement à la France par un don, et a chargé le rabbin Kapel de remettre la somme collectée de 10 000 francs à " l'excellent" préfet du Territoire, Tabart-Robert.

Déportations

60 % environ de la population juive de Belfort ne reviendra pas des camps nazis, soit si l'on s'en tient aux noms portés sur le mémorial du souvenir au cimetière  israélite : 181 personnes.

La Communauté Juive de Belfort fut durement touchée par la barbarie nazie entre 1939 et 1945. Une plaque dans la synagogue rappelle les 240 noms des belfortains et des environs assassinés en déportation (5) ; une liste établie après guerre par Henriette Bloch (2). Il manque néanmoins la liste de ceux, nombreux, qui furent arrêtés et déportés depuis Belfort et ses environs (6), qui venaient d'autres régions ou pays et qui tentaient de passer en Suisse, notamment par Delle. Il manque également le décompte des enfants dont les parents ont été arrêtés et qui ont été soit placés à l'UGIF, soit cachés, soit disparus.Un travail de recherche reste à entreprendre.

Parmi les membres de la communauté juive ayant survécu, Mordka et Hélène Urbajtel, Janine Blum, Paul et François Flau, qui ont connu la déportation respectivement à Auschwitz-Monowitz, Auschwitz-Birkenau et Buchenwald.


Monument aux déportés du cimetière côté route,
Monumentaux déportés côté cimetière route portant les noms
Monument aux morts du cimetière israélite
Un monument a été érigé au cimetière israélite, inauguré le 4 juillet 1948, entièrement financé par la communauté. Une plaque nominative commémorative est également présente au square du souvenir de Belfort, portant tous les morts de la guerre sans mention particulière (comme  "morts en déportation" ou "morts parce que juifs").

Justes de Belfort

Ceux qui ont caché et sauvé des enfants juifs ont reçu la médaille décernée par Yad Vashem à Jérusalem, comme Emile et Henriette Delavenna (pour les enfants du Dr. Jacques Lévy), la capitaine de l'Armée du Salut Olga Baumgartner épouse Saint-Blancat (pour les enfants Gezenfisz et Mobrer), ainsi que Lou Blazer de Montbéliard.

Un hommage suite à une proposition de Annette Flau ( elle même enfant cachée sons le nom de Annette Lavande, dans un lycée religieux à la Tronche, Isère), leur fut consacré en octobre 1999 au Centre Communautaire, dans le cadre de l'une des journées culturelles organisées et une plaque apposée.

De nombreux membres de la communauté par ailleurs, doivent d'avoir été cachés et sauvés par des familles hors du Territoire de Belfort, par des Justes dans d'autres départements : Corrèze, Aveyron (Violette Kartaux.), Massif Central (Henri Engelyc)...

Résistance
Parmi les personnalités juives de la ville, son maire Pierre Dreyfus-Schmidt (1902-1964) s'est particulièrement distingué durant la seconde guerre mondiale, en s'évadant de sa prison belfortaine pour rejoindre les unités combattantes, puis entra dans sa ville "en tête de son bataillon", comme libérateur aux côtés du général de Lattre-de-Tassigny, en 1944.
L'ancien président de la Communauté Adrien Gensburger s'est également distingué comme Lieutenant, dans le maquis du Tarn composé d'Eclaireurs Israélites de France lequel maquis a libéré seul, la ville de Castres.

Monument

Notes :

  1. Marie-Antoinette Vacelet, dans son ouvrage Le Territoire de Belfort dans la Tourmente 1939-1944. éd. Cêtre, fait état du recensement des biens ordonné par le préfet en octobre 1940  : 175 entreprises, dont 10 industrielles, 2 artisanales, 150 commerces, 75 forains.
  2. Les Carnets personnels d'Henriette Bloch sont déposés aux Archives Départementales du Territoire de Belfort.
  3. Cette remarque démontre que Henriette Bloch ne côtoie pas les Juifs étrangers qui ne fréquentent pas le même lieu de prière que les Juifs de souche alsacienne. Elle laisse apparaîtreune différence de classe sociale, et même une certaine répulsion.
  4. Ancien lycée de garçons, actuellement Condorcet.
  5. Il n'existe pas de décompte précis et fiable (environ près de 300 personnes).
  6. De 1942 à 1944, 230 personnes ont été arrêtées et déportées, suivant le décompte de Marie-Antoinette Vacelet, op. cit. p.55.   

© A . S . I . J . A .