Le cimetière israélite de Romanswiller
par Jean-Paul Unbekandt et Pierre Katz


Cimetière israélite de Romanswiller
Partie ancienne (zone D sur le plan) 1840-1900
Avant la création de l'état civil en 1792, on possède pour les populations chrétiennes des registres paroissiaux qui enregistrent les baptêmes, les mariages et les inhumations.
Pour les Juifs, il a existé des registres de circoncision pour les garçons, et des registres d'inhumation. Malheureusement, la quasi-totalité de ces documents a disparu lors de l'expulsion des Juifs d'Alsace en 1940. L'identification des personnes inhumées dans cimetière juif ne peut donc se faire qu'en déchiffrant les inscriptions gravées sur les pierres tombales, ou du moins en y retrouvant le nom et la date de décès.

Au cimetière de Marmoutier, qui comporte environ 500 pierres tombales, ce travail a été entrepris, et aujourd'hui quelques 370 tombes sont identifiées. Ce travail a été facilité par la qualité du grès utilisé, qui a bien résisté au temps.
Ce travail reste à faire au cimetière de Romanswiller, mais il sera très difficile, le grès utilisé étant très friable, ce qui rend nombre d'inscriptions quasiment illisibles.

Le cimetière de Romanswiller a été ouvert au cours de la deuxième moitié du 17ème siècle. Il figure parmi les douze cimetières juifs officiellement tolérés, mentionnés dans la Description de la Province d'Alsace dressée par l'Intendant de La Grange en 1700.
Suivant des documents écrits, nous pouvons situer l'origine du cimetière à partir de l'année 1690.

En entrant, nous voyons à gauche un pré en pente ("…gewesener Reben…" de l'article 80 du paragraphe VIII ?). De rares encadrements de tombes anciennes subsistent sur ce qui aurait pu constituer six rangées. Elles sont légèrement orientées est-est-sud, contrairement au reste du cimetière.
Au haut du pré, encastré dans le mur d'enceinte, nous trouvons un fragment de stèle (à l'envers) sur lequel on peut lire une date, 1770.
Le pré se prolonge par la zone B, pratiquement de niveau, où l'on devine plus difficilement six autres rangées de tombes.
Dans le fond du cimetière (zone C), les stèles encore existantes concernent les années 1800 et suivantes. On peut estimer le nombre des tombes à 120.
La zone E est réservée aux enfants et célibataires sans descendance. On peut estimer le nombre des tombes à 90.

En s'appuyant sur le nombre de stèles existantes ou ayant existé, le nombre de m2 par tombe, on peut arbitrairement (les rangées sont-elles complètes sur toute leur longueur ? Seuls des sondages pourraient nous le confirmer) avancer les chiffres suivants :

Zone A de 1690 1750 ? 100 130 tombes environ 700 m2 sur 6 rangées
Zone B de 1750 à 1800 ?150 à 170 tombes environ 900 m2 sur 6 rangées
Zone C de 1800 à 1860120 tombes environ 500 m2 sur 6 rangées
Zone D de 1860 à 1900 220 tombes environ 1000 m2 sur 7 rangées
Zone E Enfants et célibataires
sans descendance
90 tombes  
Zone F de 1900 à 1950130 tombes  
Zone G de 1950 à ce jour100 tombes  
Total estimé :910 tombes  

Des épidémies déciment la population de Romanswiller au 18ème siècle. Ainsi les registres paroissiaux protestants enregistrent 60 décès en 1756. Les Juifs ne sont pas épargnés.
Signalons par ailleurs que le cimetière accueille les défunts d'autres communautés comme Odratzheim et Wasselonne à partir de 1800.



GEISMAR Benjamin
décédé le 25 juin 1850 à l'âge de 60 ans
Veuf de ROOS Hélène - Sopher (scribe agréé)
Fils de GEISMAR Meyer et de ROOS Jeannette

KAHN Joseph
décédé le 18 août 1869 à l'âge de 74 ans
Veuf de WEIL Eve, puis de LEVY Adèle
Fils de KAHN David et de GENTZBURGER Jeannette

LEVY Fanny
n ée le 16/12/1803 – décédée LE 15/04/1868
Fille de LEVY Nephtali et de BLOCH Brunette
Epouse de BERNARD Joseph, commerçant

LEVY Lazare
d écédé le 5 juillet 1864 à l’âge de 64 ans
Epoux de WEIL Eve - Boucher à Odratzheim
Fils de LEVY Nephtali et de JOSEPH Bilha

Stèles du cimetière juif de Romanswiller - interprétation : Pierre KATZ


Synagogue
précédente
Synagogue
suivante
synagogues Judaisme alsacien Accueil
© A . S . I . J . A .