Le cimetière juif de Haguenau (suite)

Quand les Juifs s'établissaient quelque part, leur premier souci était d'aménager une synagogue ou du moins une salle de prière et d'installer un bain rituel (mikwé). Ilétait plus difficile - parfois impossible - d'ouvrir un cimetière, l'acquisition d'un terrain étant en principe interdite aux Juifs.

Pour cette raison nous ne connaissons, jusqu'à la Révolution Française, que des cimetières "régionaux"  appartenant en commun à la population israélite de plusieurs endroits groupée par voisinage ou par seigneuries. Le notre servait de même à d'autres agglomérations. Nous pouvons encore lire sur des pierres conservées les noms suivants auxquels nous ajoutons la statistique des habitants juifs au cours des deux derniers siècles :

Localités En 1784 En 1851 En 1866 En 1905 En 1936 En 1950
Haguenau 325 746 676569 564 env. 400
Batzendorf (14) 54 ? 29 0 0 0
Fort-Louis (14) 55 0 0 0 0 0
Goersdorf 21 147 138 550 0
Gunstett 53 ? 6 00 0
Hatten 61 232 203 143 34 1
Herrlisheim 63 ? 169 172 80 env. 50
Kutzenhausen 48 44 33 200 0
Memmelshoffen ?
Offendorf 13 34 44 64 36 env. 15
Schweighouse 0 64 51 57 24 env. 20
Schirrhein-Schirhoffen 127 409 427 188 38

1

Soultz-/s.-Forêts 164 370 304 172 116 env. 60
Surbourg 143 280 233 696 1
Woerth 34 11 11 40 35 env. 25

Hatten (15), Schirrhoffen (16) et Soultz-s.-Forêts  (15), vers 1880, Herrlisheim-Offendorf, en 1886, eurent leurs propres cimetières et cessèrent a cette époque d'utiliser celui de Haguenau.

Les noms de Rapschwihr (Ribeauvillé), Valf, Kirrweiler, Wingersheim, Oberbronn, Paris, Lyon et Zaburn (!) mentionnés sur des pierres ne désignent que le lieu d'origine des personnes et non pas une communauté
Nous faisons suivre cette notice d'une description des monuments funéraires qui offrent de l'intérêt par leur haute antiquité, par leur style et les figures symboliques qui y sont représentées ou par les personnalités dont ils perpétuent les noms.


A. LES PIERRES LES PLUS ANCIENNES.

Elles sont d'une simplicité voulue aussi bien en ce qui concerne la matière employée (grès naturel rouge, très dur) que par la forme (sans aucun ornement) et par les inscriptions, qui ne disent que le strict nécessaire : "homme" ou "femme" avec un seul qualificatif, nom et date du décès, suivi de la formule consacrée תנצב"ה. Celles dont nous reproduisons ici les inscriptions, vont de 1651 à 1711. Elles sont peut-être les seules conservées de cette période ; on en trouve plus facilement du 18ème siècle. Nordmann (l.c., p. 132 et ss.) a publié également les plus anciennes du cimetière de Hegenheim qui vont de 1673 à 1692.

1

2059    S. 16
Ici est enterrée une femme
estimée, Dame
Foeglen fille de Jonas,
d.mém. ben. dec. le
Sab-
bat, 3 Nisan 414
(+ 5000) R.i.p.
(2059 S. 16)

Caractères très grands, bien lisibles : Sab-bat séparé en deux lignes. La date correspond au 21 mars 1654.

2

2080    S. 17
Ici
sont enterrés M.
…m fils de Meïr-
Scherâgâ décédé
 lundi, 24Adâr
416, et sa femme
Dame Guelché,
fille de Môchéh, d.m.b.
décédée le mardi,
23 Chebhât 415
R.i.p.

Mal lisible. Inscription pour deux époux. Le mari décédé le 21-3-1656, la femme le 2-2-1635. Quoique décédé plus tard, le mari est nommé en premier lieu.

3

1496    S. 14
Ci-gît
La chère femme
droite de coeur
Dame Miriam,
femme de Nephtalie‑
Hertz, déc..
le ler jour de Hô1-ham. Pess.
17 Nissâne 420 (?)
R.i.p.

Bien lisible, sauf l'année.
La date correspond au 29 mars 1660 (?)

4

2017     S. 17
Ici *
est enterré le vieillard
MeIr, fils d'
Abraham, décédé
ici **) 11 Kisslêv
421 (+  5000)
R.i.p.

    * Le premier mot manque, mais y figurait sûrement.
** Ici = à Haguenau ; ajouté parce qu'on venait aussi d'autres endroits dans ce cimetière.

5

1980      S. 17
Ici
Est ensevelie la
Chère Dame
Blimel, ép.
De Guerchône, déc.
Dimanche 10 Sivân
425 (+  5000)
R.i.p.

Ecriture très vigoureuse et bien lisible.
Séparation à la 2ème ligne. La date correspond au 24-5-1665, qui était en effet un dimanche.

6
Est allée dans son
monde p.o.d. D. 6 jours
en Adar ler
de l'annee 426 (+ 5000)
R.i.p. amen !
Sarah, fille d'Aaron
hakôhen, (la mémoire du
juste est une bénédiction).

Tête cassée ; deux lignes illisibles. Séparation à la première ligne.
Date = 11-2-1666.

7
Ci-gît
Un h(omme) j(uste) Aharon
Yeqoutiël
fils de Salomon
halevi
décédé le
dim. 2. R.'Hôd.
Thammouz 466
(+ 5000).

Ecriture assez effacée. L'aiguière qui s'y trouve, est l'emblème pour le Lévi.
Date correspondant à dim. 13 juin 1706.

Ci-gît                           ktomb8.gif     
La femme estimée
Dame Malkah
femme de Môchéh
Fort-Louis déc.
le ma. 18 Nissân
'Hôl-ham. Pess. 471
(+ 5000)
R.i.p.

Inscription bien lisible. Fort-Louis avait en 1784 encore 13 familles avec 55 âmes ; mais la communauté n'existe plus depuis un siècle.
La date correspond au 7 avril 1711.


Synagogue
précédente
Synagogue
suivante
© A . S . I . J . A .