Hommage à Evy

In memoriam Evy, que j'ai tant aimée

Les textes :

La dernière nuit (poème)
L'armoire d'Evy (poème)
Signe de vie (poème)
L'éclosion précoce (texte)
La leçon de choses (poème)
L'adresse égarée (poème)
Un coup de fil du voisin (poème)
Suite (textes)

Allocution funèbre pour les obsèques d'Evy au cimetière juif de Bischwiller,
le 22 janvier 2007, par Claude Vigée

La dernière nuit

Dans mes bras, cette nuit, l'arrachement ultime !
Mourir est un travail affreux qui mérite salaire:
à la fin du combat descend la grande paix.
Ma chère Evy est morte, le plus vif de moi-même ;
nous ne danserons plus, corps à corps, vers l'abîme -
la solitude seule m'en ouvrira la porte,
et l'espoir d'être unis dans le cœur de la nuit.

Evelyne - Sarah, ahouvati, ve ishti hayekarah,
sham, beïnsof, ani eka'h otakh
bekirbi, 'od pa 'am, le ishah :

"ki 'azah kamaveth ahavah " (Shir - ha Shirim 'heth vav)

En te caressant lentement les seins et ton doux ventre,
Evelyne - Sarah, ma femme bien-aimée,
la très chère compagne de ma longue vie,
là-bas, dans l'infini, je te prendrai de nouveau
pour ma jeune épousée au tréfonds de mon être:
"Car l'amour, dit le Cantique, est fort comme la mort."

Min lièwes Evy, dord drunde,
ém dunkle, fénde mir uns doch noch
villicht emool wédder !

Attends-moi dans la nuit
où tu sommeilles en paix.

Amen. 

Paris, 17-18 janvier 2007

Ce poème a paru dans la Revue Temporel n°3

Claude VIGÉE son mari
ses enfants :
Claudine SINGER et Daniel-François VIGÉE,
ses petits-enfants :
Emmanuelle, David et Anaïs SINGER,
Nathalie et Raphaël VIGÉE,
son arrière-petite-fille :
Charlotte SABBAN
Son fère Pierre MEYER
et les familles alliées
ont la douleur de faire part du décès,
dans sa 84ème année,
de leur chère épouse, mère, grand-mère et bisaïeule
Madame Evelyne VIGÉE née MEYER
survenu le 17 janvier 2007 à Paris.
Les obsèques ont eu lieu au cimetière israélite de Bischwiller le lundi 22 janvier.


Personnalités  judaisme alsacien Accueil

© : A . S . I . J . A.