Lièd niîn - Un bel enterrement

Sôô - die licht ésch emool erum;
séje-mr àld odder jung,
grààd odder grumm,
mr hànn-se goddséidànk
wédder güèd éwwerschtànde.
Bàll geh-mr schloofe, ièhr lièwi noochberslitt:
mr hànn au genung geblärrt fur hitt
un denne schwäre friedhofts-lähm
umesunscht eréwwer-un-néwwergschoowe.
Jetz màche-mr endli emool firôwe !
- Un bel enterrement de plus derrière nous !
Jeunes ou vieux, difformes ou bien faits,
nous l'avons, grâce à Dieu, vaillamment supporté.
Amis et ennemis, dormons tout notre soûl :
assez versé de pleurs dans une après-midi
et remué pour rien, courant d'un tertre à l'autre,
le lourd humus des morts.


Ém doodegräwer siner laischderwaawe
ésch-r nét grààd voorhäre,
méddem Ràppel un méddem Schémmel
ém volle gschpànn, direkt bis én de himmel,
s'verroschde gétterdoor vum kérichhoft nüss-gfahre ?
Vergwätschd zwésche de groije wàggelschtein
dampft numme noch, einsààm, e gääles hämpfele
läbwàremi rossbolle én d'hééj
uff demm drooschdloos lànge begräbniss-wääj.
S'dràbbt jeder güèder frénd ém finschdere wédder heim,
un hofft, er ésch fér nix ém kàlde raaje gschtande...


Le tombereau du fossoyeur
avec ses grands chevaux tirant sur leurs attelles
ne vient-il pas tout juste de s'envoler au ciel
par la porte de fer qui clôt le cimetière ?
Entre les pavés gris fume encore, solitaire,
comme un encens jauni qui se perd dans la rue,
une longue traînée de crottin tiède et frais,
sur l'interminable chemin des funérailles.
La nuit tombant, chacun rentre vite chez lui,
espérant se tirer, sans trop de rhumatismes,
de la longue station debout sous la pluie froide...


Uff welli ààrd zeihe mièr hie su fîîn
unsri lièwe kénderle grooss ?
Jà d'hièhner schherre-mr ém hoft brààf îîn,
àwwer d'giggelhahn lonn-mr frih morjets drüss loos,
fejjelefréi de gànze dàà uff dr schdrooss.


Savez-vous, bonnes gens, pourquoi nous éduquons
avec si grand succès notre progéniture ?
A clé nous enfermons les poules dans la basse-cour,
mais nous laissons courir dès le lever du jour
nos coqs par monts et vaux, libres comme le vent.


Ièhr schdàttlitt, ièhr müèn nét meine :
ich wélls éich gàr nét verneine,
au mièr doo, ém flecke, hànn unsere Heiliche Hain.
Wie heisst's denn ajedli, s'hiesiche schdelldichein?
Séjs àld odder jung, séjs grààd odder grumm,
bi uns deheirn het àlles rendez-vous
"unter dem holden Mondeschein"
àm sàmschdàà-nààchts uffern Hààseschprung.
Wo's eine bisst, do müièss-mr sich jucke :
so sàche sénn nét ungemein.
De felker gehts jo selde besser
àss wie de méschtlàch-mucke.
Dr brääfschde ehemànn gràtzt àhb àm end
genau esoo wie's gschréwwe schteht
én jedem güède teschdàmend,
un losst sini wéddwe ém dièfschde leid,
vun owwe bis unde schwàrz ààngezöjje,
einfàch deheime hucke.


Vous autres, citadins, n'allez pas croire, surtout, que notre patelin n'a point son Bois Sacré ! Comment l'appelons-nous, l'endroit des rendez-vous ? Chez nous, jeunes et vieux, tous les samedis soirs, vont, sous le clair de lune, flirter au Saut du Lièvre.
Dans le chaos du monde un fait seul est certain :
les peuples rarement ont un meilleur destin
que les mouches qui tournent sur la fosse à purin.
Bien que fidèle époux,
(comme il est précisé dans chaque testament),
le plus brave marin
à la fin met les voiles,
laissant derrière lui une veuve en grand deuil,
de haut jusques en bas tout de noir habillée,
triste et seulette en son immense appartement.


Wer weiss ? vellicht schun s'näckschde joohr
worre n'ièhr selwer derdrowwe
züè dr himmlische léibwàch ém engelschoor
wie jeedi frummi seel bim herrgodd îîngezojje ?
Zédemm brücht so e conscrit-burscht
numme n'e béssele müèt
un e blàttvoll sürgütt mét feddem lungewurscht...
Üsseme groosse rootwîin-fàs
süfft tàpfer e seldààd au vellich uhni durscht !
Dànn dredd, wie jeder joohrgàng, bàll éieri àldersklàss
so îngebéld ass wie en àff
keck voorem sü-bréfé uff,
méddem blièmeschdrissel fescht gehunde um de hüèt;
ièhr schîîne fàscht àlli wédder jung un schdolz
underem goldiche loorbeergràntz,
wenn s'heisst züèm letschde muschderungsdàntz !


Qui sait ? Dès l'an prochain peut-être
serez-vous appelés au service du ciel,
recrutés dans la garde du corps archangélique
avec les âmes pieuses qui veillent sur le Roi ?
A tout soldat suffit juste un peu de courage :
le hardi conscrit boit, même s'il n'a plus soif,
à même le tonneau débordant de vin rouge.
Ce matin votre classe, avec coquetterie,
a défilé au pas devant le sous-préfet :
sous la couronne d'or de vos lauriers flétris
vous paraissiez soudain presque jeunes et beaux.


Nurr sénn hitt éieri bein leider so schdiff wie holz.
Offegschdànde, Kättel, su gànz
under uns zwei àldi brummelhäfe gsait,
wàss blîbt uns denn, én àller ehrlichkeit,
noch éwrich vun dr frihere herrlichkeit ?


Mais vos jambes raidies craquaient comme du bois,
en route pour le dernier bal du régiment.
Entre nous, vieux grognons, - tant pis pour l'amour-propre -,
si l'on veut parler franc, mademoiselle Kätty,
que nous est-il resté de nos splendeurs passées ?


Dordunde wu àlles nunder kéijt
fièhlt sich zegààr de greeschde dummkopf gschéid.
Derd word én àldi jumpfer bàll wédder knoschbe-frésch.
Dr ärmschde schlucker meint sich,
su dièf ém ürgrund schun fàscht schteinrich :
denn s'hundsfolik ésch
mét dr haute-volée drunder
pellmell ém selwe dreck verméscht.
Es gschieht su mànichs wunder
uff unserem goddesàckern:
züèm ràtze brücht e siffer dert néddemol ké késcht;
aanoch e grummer nussegràcher
fleejt doo bim schlémmschde raajewedder
kerzegrààd nuff wie d'engel éns bàràdîes.
E füler làhmàrsch schteht blétzschnell uff de fièss,
doo wu d'kàtze nààchtlàngs schbièle mét de mîîs...


Dans la fosse où chacun dégringole à la fin,
le plus grand ahuri se sent intelligent,
la vieille y redevient fraîche comme un bourgeon,
tout miséreux s'y croit, sous deux mètres de terre,
riche à millions parmi tant de cailloux brillants.
La canaille s'y mêle à la haute volée :
dans la putréfaction tous sont frères et soeurs.
Plus d'un miracle a lieu dans l'arpent du bon Dieu :
le poivrot, pour dormir, s'y passe de sa cuite,
un squelette tordu comme un casse-noisettes
vole, plus vif qu'un ange, au coeur du Paradis,
à travers l'ouragan et les chutes de neige.
Même les culs de jatte se dressent sur leurs jambes
dans ces lieux désertés où les chats aguerris
tout au long de la nuit jouent avec les souris.

Extrait de Wíderôôwefir - Le feu d'une nuit d'Hiver in Petite anthologie de la poésie alsacienne (1988) - édité par l'Association Jean-Baptiste Weckerlin, Strasbourg.

texte precedent texte suivant Accueil Alsace Accueil C. Vigee


Personnalités  judaisme alsacien Accueil

© : L . S . d . J . A.