Monsieur Nathan SAMUEL za"l :
Un Juste nous a quittés.
(1910-2000)
par Jacques Bronstein

Pour lire la traduction des mots colorés dans le texte, posez le pointeur de la souris sur le mot, sans cliquer : la traduction apparaîtra dans une bulle. Les mots colorés et soulignés sont de vrais liens

Nathan SamuelMonsieur SAMUEL nous a quitté le Shabath Shouva, veille de Yom Kippour, ‘Het be Tichri (7 octobre 2000), discrètement, tout doucement, sans bruit, à l'hôpital Shaarei Zedek de Jérusalem, où il avait été transporté le matin même, pour un bilan général, tant son état s'était dégradé.
Il s'est éteint, sans souffrance, sans avoir repris connaissance ; laissant derrière lui des centaines d' "orphelins" , tous ses enfants, bien sûr, Fanny et Eve-Anne, ses petit-enfants et arrière-petit-enfants, mais aussi tous ses "enfants" d'adoption, qui depuis la fin de la guerre, jusqu'à Jérusalem, avaient trouvé en Hélène et Nathan Samuel, de véritables parents.
Il est parti discrètement, modestement, comme il avait vécu, à une date faite pour lui : une levaiya quelques heures avant Kippour, le dispensait d'un hesped qu'il honnissait,  d'une shiva et de sheloshim pour sa famille et ses innombrables amis ; il ne voulait pas déranger. D.ieu a ainsi répondu à ses vœux, si souvent exprimés. 

Qui, parmi ceux qui le connaissaient et l'aimaient, aurait osé lui adresser des compliments, sur tout ce qu'il avait accompli dans sa vie ? Il ne voulait pas, ne supportait pas. C'était presque physique. Un haussement d'épaule ; une moue d'incompréhension aurait été sa réponse.
Pourquoi ? il n'avait fait que son devoir, pas plus.

Maintenant, plus d'une semaine après qu'il nous ait quitté, nous laissant sans voix, les yeux embués de larmes devant son fauteuil vide, nous reviennent des souvenirs.
Les miens commencent en septembre 1956, à Paris, au "Toit Familial" de la rue Guy Patin.

Jeune étudiant en médecine, j'arrivais de ma Normandie natale, dans un monde totalement inconnu. Sur les quatre vingt dix étudiants admis, quatre-vingt au moins, étaient des Sepharadim, dont tout me séparait : la mentalité, le mode de vie, la piété, les minhaguim , l'accent… Je n'étais pas pratiquant, à l'époque et je découvrais un monde différent, presque une autre planète.

Les nouveaux directeurs, Hélène et Nathan Samuel, que leur intimes appelaient affectueusement, Aya et Nathy, venaient eux aussi de prendre leurs fonctions depuis quelques mois, succédant au regretté Felix Goldschmidt. Madame Samuel était sous-directrice, non rémunérée.
Eux aussi étaient "minoritaires", débarquant de leur Alsace natale et n'avaient que peu côtoyé le monde sépharade.
Et tout de suite, la chimie a agi. Les deux mondes que nous représentions, se sont aussitôt unis, grâce au "catalyseur" Samuel.

Monsieur Samuel avait une foi profonde, rayonnante, autant que discrète. Qui ne se souvient des offices du vendredi soir, où Monsieur Samuel, appuyé sur le rebord de la cheminée en marbre, priait avec ferveur, laissant toujours aux jeunes, le soin de diriger l'office selon leur rite. C'est après d'insistantes demandes, qu'il acceptait, presque gêné, d'officier selon son rite ashkenaze. Sa prière était merveilleuse.
J'étais impressionné par sa ferveur, comme je le fus pendant toutes mes années d'étude, ainsi que par ses profondes connaissances qu'il aimait nous inculquer avec amour.

Tous les vendredi soirs, une immense table en U était dressée dans le salon, pour les étudiants vivant loin de leur famille.
Monsieur et Madame Samuel présidaient le repas de fête. Ils n'auraient jamais imaginé de se retirer dans leurs appartements pour passer un Shabath en famille. Ils ne l'avaient jamais fait lorsqu'ils dirigeaient leur maison d'enfants à Haguenau ; ils n'allaient pas changer leurs habitudes. Leur famille, c'était nous, leurs étudiants.

Pas d'intimité familiale, non plus le Shabath midi. Une dizaine d'étudiants étaient invités à tour de rôle, pour partager leur repas. Leur but était double. D'une part, faire connaissance avec l'étudiant, dans un cadre familial, qui manquait à la plupart d'entre eux. D'autre part, permettre aux invités de découvrir la personnalité de leurs directeurs.

Ces rencontres étaient de merveilleux moments qui commençaient souvent la veille, dans la cuisine de Madame Samuel, longue pièce sans fenêtre, éclairée par la luminosité du salon, à la porte toujours grande ouverte.
Monsieur Samuel étudiait la parasha de la semaine, tandis que Madame Samuel écoutait nos confidences, tout en préparant une sauce verte, inconnue de nos papilles gustatives, et qui allait garnir la fameuse carpe à la juive, servie le lendemain.
Parfois, un étudiant timide et gauche, entrait d'un air gêné, demander quelque chose à Monsieur Samuel. Avant de lui répondre, celui-ci l'invitait pour le repas de Shabath midi. Madame Samuel connaissait son mari et ne protestait jamais. Des chaises, il y en avait à foison ; des assiettes aussi ; quant au manger, elle résolvait le problème par une phrase devenue célèbre "On rajoutera de l'eau à la soupe".

C'est lors de ces repas conviviaux, que nous apprîmes à nous connaître mutuellement.
Monsieur Samuel parlait peu, mais il avait une qualité rare, il savait écouter. Son visage était toujours éclairé par un sourire permanent. Il enregistrait tout et se souvenait de tout et de tous.
C'est ainsi, autour de cette grande table, qu'ils nous racontèrent la longue période de la guerre, et ses conséquences sur leurs choix de vie (on dirait aujourd'hui, leur profil de carrière).

Hélène et Nathan Samuel à Jérusalem

Monsieur Samuel travaillait avant la guerre, dans une entreprise commerciale. Il aurait pu, après les hostilités, reprendre ses activités, s'enrichir, s'embourgeoiser. Mais les nouvelles arrivaient, effrayantes, angoissantes.On découvrait avec horreur, les camps de concentration, les millions de disparus, mais aussi ceux qui restaient en vie, décharnés, hagards, effrayés d'avoir survécu. Et surtout, et surtout ces milliers d'enfants orphelins, dont il fallait s'occuper de toute urgence. Monsieur Samuel n'hésita pas ; oubliées les velléités commerciales, les intérêts personnels. Une urgence, une seule, recueillir ces enfants errants ; leur donner non seulement, vêtements et nourriture, mais surtout une chaleur familiale qui leur manquait tant.

C'est ainsi qu'entreront dans la légende, les maisons de l'O.S.E., dont celle que dirigèrent les Samuel à Lyon, "Les Hirondelle", puis à Haguenau, "Les Cigognes".
D'autres, plus qualifiés que moi, ont écrit ou raconté cette période dramatique de leur vie.
L'un des enfants de Nathy et Aya Samuel, n'était autre qu'Elie Wiesel. Quelques pages de ses mémoires Tous les fleuves vont à la mer, leur sont consacrées.

Mais revenons à Guy Pat', comme nous appelions notre maison.
Je voudrais évoquer la dernière année de direction de Monsieur Samuel à la tête de "sa'' maison. L'heure de la retraite approche. Des centaines d'étudiants sont passés par le moule du Toit Familial. Ils sont devenus médecins, dentistes, pharmaciens, physiciens, mathématiciens, avocats, H.E.C., Polytechniciens, artistes, diplomates, et la liste n'est pas complète. Beaucoup se sont mariés, grâce à l'aide des Samuel. Quasiment tous viennent leur demander conseil, leur confier leurs angoisses et leurs espérances.
Il y a beaucoup de problèmes "ethniques" ashkenaze-sepharade. Les Samuel sont toujours là pour aplanir les problèmes, expliquer, convaincre, imposer parfois aux parents réticents, des solutions qui apporteront le bonheur à leurs étudiants qui sont leurs enfants.

Monsieur Samuel reçoit un père dans son bureau. Madame Samuel reçoit la mère dans son salon. Et tout s'aplanit, tout s'arrange et tout finit sous la houppa.
A combien de mariages, Monsieur Samuel a-t-il été témoin ? quelques centaines probablement !

La dernière année est vécue par les ‘'Anciens'', qui continuent à venir voir les Samuel, comme une année angoissante. Nous allons les perdre ; ils vont partir. Ils veulent s'installer en Israël. Nous souhaiterions tant participer à leur alyah  ! Toute leur vie, ils ont donné aux autres : tsedaka, cadeaux de mariage pour chaque étudiant ; cadeaux de brith-mila peu après ; aide aux parents d'étudiants rapatriés, qui sont dans le besoin et mille autres bonnes causes.

La soirée au PLM : Nathan Samuel (gauche)
avec Mary et Alain de Rothschild
Soiree au PLM
Comment leur prouver notre admiration et notre amour ?
Je décide, avec deux ou trois copains, d'aller voir le Baron Alain de Rothschild, président du Consistoire, et président-fondateur de notre maison, afin de lui proposer une idée.
Nous allons organiser une grande soirée d'adieu au cours de laquelle, nous remettrons aux Samuel, le montant d'une collecte, que nous appelons pompeusement, "Un mur à Jérusalem", qui dans notre idée, serait notre modeste contribution à l'achat d'un appartement.
Alain de Rothschild est enthousiasmé par l'idée et nous promet, dans un élan spontané, comme lui seul savait le faire, de doubler la mise de la somme que nous aurons réussi à ramasser.

Le résultat va au-delà de nos espérances, et nous venons en délégation chez Madame Samuel, pour la préparer aux évènements qui ne peuvent plus rester longtemps, une surprise.
Nous lui parlons de la soirée qui se prépare à l'hôtel P.L.M., qu'offrent avec leur merveilleuse gentillesse, Mary et Alain de Rothschild. Nous évoquons, avec une angoisse certaine, notre projet du "Mur à Jérusalem". Connaissant Monsieur Samuel, nous préférons éviter l'affrontement, car nous le savons réticent à tout cadeau personnel. Madame Samuel se laisse fléchir, ne voulant pas nous faire de peine ; elle sera notre porte-parole, auprès de son mari.

La soirée au PLM : Jacky Bronstein présente un gâteau à
Hélène et Nathan Samuel

Et c'est le drame.
Pour la première fois de sa vie, Monsieur Samuel se fâche et refuse tout net. Sa femme essaie de lui expliquer qu'il ne peut refuser. Il va nous vexer, nous blesser, nous qui avons fait tant d'efforts, et mis tant d'amour dans cette action.
Rien n'y fait ; il est intraitable. Son refus est sec, net et non négociable.
Pendant plus de six mois, Monsieur Samuel refusera de me parler. Comment ai-je pu penser qu'il accepterait quelque chose de notre part ? Nous n'avons rien compris ! Il est blessé, profondément meurtri. Ni Madame Samuel, ni le Baron Alain, ni sa famille ne réussiront à l'infléchir, ni à calmer sa colère.
Six mois de négociations, d'approches discrètes : Non, c'est non !

Nous nous retournons une nouvelle fois vers Madame Samuel, et la supplions d'intervenir pour qu'il accepte un petit cadeau, afin de ne pas nous humilier. Bon, d'accord pour un petit cadeau ; mais promis? tout petit.
Madame Samuel adore la musique, et rêve d'un tourne-disque. Nous lui achèterons une chaîne stéréo. Je suis chargé de trouver quelque chose de discret, mais de très haute qualité. Après beaucoup d'efforts, nous trouvons l'objet rare, qui allie la petite taille, à la sonorité divine.
Monsieur Samuel suggère, à contre-cœur, par l'entremise de sa femme, l'objet des ses rêves : une machine à écrire pour pouvoir poursuivre son travail social à Jérusalem.

Je finis par me réconcilier avec lui, en proposant à Madame Samuel la solution suivante : les sommes recueillies, serviront à créer un fond de bourses pour les étudiants israéliens, que l'on nommera le "Keren Guy Patin". Monsieur et Madame Samuel gèreront les fond, à leur discrétion.
L'idée plaît beaucoup à Monsieur Samuel, qui m'embrasse et nous pleurons longtemps l'un contre l'autre.
Quelle merveilleuse leçon nous avons reçu !

Après tant d'années de travail quotidien, intensif et épuisant, les Samuel méritaient une retraite calme et sans soucis. Au lieu de cela, il ont repris - non pas une "activité sociale'', qui sous-entend un passe-temps pour éviter l'ennui- mais un véritable travail quotidien, au sein des Katamonim. Ils y ont apporté leur énergie et leur foi juvénile, entraînant dans leur sillage de nombreux amis, sans oublier leurs enfants et petit-enfants.

La distribution des bourses, demande un travail de forçat. Des centaines de demandes à lire ; à répondre. Il faut parfois refuser. Il ne sait pas dire non ! Alors son petit-fils, Daniel Touati, se propose pour le seconder. Ils font tous les trois, un travail remarquable, d'une discrétion et d'une efficacité miraculeuse, compte tenu du peu de ressources du Keren Guy Patin.
Monsieur Samuel poursuivra son travail jusqu'à ce que ses forces physiques viennent à lui manquer.

Combien de faits et d'anecdotes, pourrais-je encore apporter ici, pour mieux cerner le personnage exceptionnel de Monsieur Samuel ? Son refus des réparations allemandes.
Son refus de pension, versée après l'attentat qui lui coûta vingt cinq ans de souffrances quotidiennes, et qu'il offrit à l'hôpital Shaarei Zedek, dans la plus grande discrétion.

Tel était Monsieur Samuel, un Tzadik, un Juste de notre temps.

 

Que sa mémoire soit bénie.

Jacky Bronstein (Promotion 1956-1961)


Dirigeants Personnalités Accueil
 judaisme alsacien

© A . S . I . J . A .