Dac
   Pierre DAC



Biographie

Bibliographie









Personnalités

Pierre DAC
1893 - 1975

Un hommage mérité...
par le Rabbin Edgard Weill

La biographie d'André ISAAC alias Pierre Dac mérite une place de choix dans ce site. Un souvenir qu'il importe d'entretenir. En 1943 il devient au micro de la BBC à Londres un des "Français qui parlent aux Français". Ceux qui sont encore de ce monde se souviennent que tous les soirs pendant neuf mois, dans la plus grande des clandestinités, ils dressaient l'oreille à ses éditoriaux et ses chansons. L'humour loufoque de ses polémiques visant à combattre l'occupant a su remonter le moral de ceux qui tremblaient sous la botte brune et qui attendaient avec impatience leurs libérateurs.

Pierre Dac est né le 15 août 1893 à Châlons-sur-Marne. Il hérite de son père boucher une forme nouvelle d'humour. Cette vocation fera de lui un chansonnier, qu'on baptisera d'un nom nouveau : le Roi des Loufoques. Terme en effet peu répandu à ce moment. Dans les cabarets parisiens, la Lune Rousse, le Caveau de la République, le Coucou ou les Noctambules, il tourne en dérision les situations ridicules de la vie de tous les jours. Il sait à merveille en "louchèbem" (langage des bouchers) jongler avec les mots et les calembours.

La parodie de Phèdre dont il est l'auteur va devenir un grand succès de music-hall. Voici la scène finale de cette oeuvre :
PHÈDRE
Ben, c'est pas étonnant, j'ai c't'Hippolyt' dans l'nez !
Je veux dans le trépas noyer tant d'infamie
Qu'on me donn' du poison pour abréger ma vie !
SINUSITE
Duquel que vous voulez, d'l'ordinaire ou du bon?
PHÈDRE
Du gros voyons, du roug', celui qui fait des ronds.
Qu'est-c'que vous avez donc à m'bigler d'vos prunelles ?
Écartez-vous de moi ! (A Hippolyte)
Toi, viens ici, flanelle.
Exauce un voeu suprême sans trahir ta foi,
Viens trinquer avec moi pour la dernière fois.
(Les servantes apportent deux bols.)
À la tienne érotique sablonneux et casse pas le bol !
(Elle boit) Ô Dieu que ça me brûl', mais c'est du vitriol!
HIPPOLYTE boit
Divinités du Styx, je succombe invaincu
Le désespoir au coeur...
PHÈDRE
Et moi le feu au …
pdac3

Le 13 mai 1938 il crée le journal satirique
L'OS À MOELLE, présenté comme "l'organe officiel des loufoques". Jusqu'au 31 mai 1940, date de l'entrée des Allemands dans Paris, Pierre Dac va réaliser quatre grandes pages diffusées, chaque vendredi, à quatre cent mille exemplaires, dans les familles, les cours de lycée et les casernes. Un record absolu dans l'histoire de la presse d'avant-guerre ! Une aventure qui débute par un éditorial désormais historique, sobrement intitulé : Pourquoi je crée un journal. On y lit notamment :

"Au temps des Gaulois, le fameux gui qu'adoraient ces derniers n'était autre que l'os à moelle qui, à l'époque, n'était pas encore passé du règne végétal au règne minéral: les campagnes celtes verdissaient à l'ombre des ossamoelliers, au pied desquels les comiques en vogue chantaient leurs plus désopilants refrains dont l'un des plus célèbres : Le druide a perdu son dolmen, est parvenu jusqu'à nous.
Au cours des siècles, l'Os à moelle subit de nombreuses métamorphoses et même une éclipse totale sous la Révolution française: aujourd'hui, nous assistons à son apothéose et à sa cristallisation définitive sous la forme du présent journal.
Voilà pourquoi, amis lecteurs, nous avons choisi ce titre: L'Os à moelle! Nous tâcherons de nous en montrer dignes et de le maintenir sur le chemin du sourire et de la saine plaisanterie; nous éviterons évidemment toute bifurcation politique, car nous voulons bien être loufoques mais pas fous."

pdac1Il devient aussi un familier des ondes. Ses nombreux sketches sont diffusés sur Radio-Cité et plus tard sur le Poste Parisien. Ce n'est pas sans difficultés qu'il pourra rejoindre de Gaulle et la BBC. Avant d'atteindre ce but qu'il s'est fixé après avoir entendu l'appel du 18 juin, il connaîtra de multiples incarcérations et évasions. Son échec après la traversée des Pyrénées lui fera dire : "Si Louis XIV se les étaient farcies comme moi, il n'aurait jamais dit : il n'y a plus de Pyrénées." Au juge qui lui demande pourquoi il a voulu quitter la France il réplique ; "En France, il y avait deux personnages célèbres, le Maréchal Pétain et moi. La nation ayant choisi le premier, je n'ai plus rien à faire ici."

A radio Londres, en juin 1944, il attaque violemment Philippe Henriot… "Bagatelle pour un tombeau" reste un modèle du genre (lire le texte intégral). C'est une épitaphe prophétique prononcé quinze jours avant que Philippe Henriot soit abattu par la Résistance. Pierre Dac a sa part dans la victoire remportée sur la peste brune :



Après la Libération

Revenu de retour de Londres en 1946, après un passage par les Forces Françaises Libres comme correspondant de guerre, de pierre Dac crée L'Os Libre qui n'obtient pas le succès escompté. Les temps ont changé, l'humour loufoque semble faire partie du passé...

Le Sar Rabindranath Duval
Duval
Mais en 1949, La rencontre avec Francis BLANCHE lui donne une "seconde jeunesse" sera décisive. Elle donnera naissance en 1951 au plus incroyable, au plus drôle, au plus délirant des feuilletons radiophoniques, signé Furax (1034 épisodes enregistrées entre 1956 et 1960). Ensemble, ils créent des revues qui vont triompher sur la scène des Trois Baudets, puis à l'ABC. Ils deviennent surtout les producteurs-interprètes de nombreuses émissions de radio. Parmi elles, Le Parti d'en rire, Faites Chauffer la colle, CQFD, Studio 22, et surtout Malheur aux Barbus et L.K.N.O.P.D.A. Les kangourous n'ont pas d'arêtes (un pastiche de "S.L.C. Salut les copains", l'émission en vogue de l'époque) : plus de 1 200 émissions diffusées sur Paris Inter, puis sur Europe n° 1, vont passionner et divertir les Français pendant cinq ans. Ils accèdent également à l'immortalité à travers un sketch, écrit par Pierre DAC, Le Sar Rabindranath Duval...

Comme beaucoup de grands comiques Pierre DAC est aussi un grand déprimé. On pense qu'il ne s'est jamais consolé de la perte de son frère aîné Marcel, mort au champ d'honneur en le 28 octobre 1915. C'est le 17 janvier 1960 que sa femme, Dinah, le découvre dans sa baignoire, les veines tailladées, gisant dans un bain de sang. En moins de deux ans, il s'agit de sa quatrième tentative de suicide. Par miracle, il échappe à la mort...

Pierre Dac (assis en tailleur devant le président) lors d'une réception donnée par le président de la République Vincent Auriol pour tous les chansonniers, le 15 janvier 1954 (coll. Denise Weill)
Mais à partir de 1962, Pierre DAC retrouve la santé en même temps que le moral, et fait preuve, à nouveau, d'une verve exceptionnelle : il fait reparaître L'Os à moelle (entre 1964 et 1966), écrit (avec Louis ROGNONI) un feuilleton d'espionnage délirant Bons Baisers de Partout (740 épisodes sur France Inter entre 1965 et 1974) et publie ses Pensées, qui font de lui le successeur logique et évident de Pascal.

Malgré le succès, Pierre Dac était resté un homme timide et modeste, presque effacé. Il meurt le 9 février 1975, dans la plus grande discrétion. "La mort, avait-il dit, c'est un manque de savoir-vivre."



Bibliographie : Pierre Dac, Dico franco-loufoque, réalisé par Jacques Pessis, Librio 1999

Vous entendez deux "Chansons de Londres" écrites et interprétées par Pierre Dac : De profundis Hitleribus et Les gars de la vermine (1943)
Si le son ne vous parvient pas, vous devez télécharger REAL AUDIO en cliquant sur ce bouton :
Real
Personnalités  judaisme alsacien Accueil
© A . S . I . J . A .