MA FAMILLE
Eliane HERZ-FISCHLER
Mzinhigan Publishing, 2018 ; 129 pages

Télécharger la
première partie
du livre (.PDF)
 
Télécharger la
deuxième partie
du livre (.PDF)
 
Télécharger la
troisième partie
du livre (.PDF)
L'idée d'écrire l'histoire de ma famille m'est venue après la mort de maman. Je devais vider son appartement et j'ai trouvé une boîte remplie de documents et plusieurs autres pleines de photos parfois, quoique rarement, identifiées et datées. Maman aimait raconter des histoires au sujet de ses ancêtres, de la vie des Juifs dans la petite ville de Marmoutier, de sa jeunesse dorée et parlait aussi beaucoup des évènements des années 30 et 40.  J'étais donc au courant des péripéties de notre histoire familiale. Cependant, il y avait encore bien des questions auxquelles je n'avais pas de réponse. Cette histoire, en plus d'être intéressante, a façonné mon identité, fait partie de qui je suis et il est donc important que mes enfants et petits-enfants la connaissent.  Par ailleurs, je ne voulais pas que soit oublié le fait que mon père devait sa vie à une femme allemande, ni que la survie de ma famille pendant la guerre est due à tous les habitants d'un petit village du Limousin ainsi qu'à la concierge de notre immeuble à Paris.

Ma famille est fortement enracinée en Alsace, et cela depuis au moins trois cent cinquante ans. Maman était et est restée Alsacienne et Française de cœur bien qu'elle ait quitté l'Alsace pour Paris en 1937 et Paris pour New York en 1958. Il en était de même pour son grand-père paternel, Nathan Weil, qui a été emprisonné par les Allemands avant le début de la guerre de 1914 à cause de son attitude Pro-française. Quant à son grand-père maternel, Guttscho Weiller, ce dernier a  choisi d'envoyer ses fils aux États-Unis et donc de ne plus les revoir, afin qu'ils ne soient pas enrôlés dans l'armée allemande.

À mon tour j'ai toujours gardé le contact avec l'Alsace et, particulièrement, Marmoutier. Enfants, nous passions une partie de l'été chez mes grands-parents. Adulte, j'y ai fréquemment amené mon mari, mes filles et ma petite-fille. Il fallait chaque fois prendre la photo traditionnelle sur la fontaine.

 judaisme alsacien Personnalités

© A . S . I . J . A .