Jacquot GRUNEWALD


Et si l'esprit était là
Le candélabre de Hanouca a huit branches. Parce que les Lumières de la fête y sont huit fois allumées. Mais c'est bien le luminaire à sept branches que la fête célèbre, celui que les Maccabées, affirme le Talmud, s'étaient empressés d'éclairer dans le Temple purifié.
C'est aussi le candélabre à sept branches qui figure sur l'écusson de l'Etat d'Israël, élaboré en 1948, adopté en 1949. Les rameaux d'olivier sur sa gauche et sur sa droite évoquent la paix mais aussi la prophétie de Zacharie, qui dans un rêve (chap. 4), vit des oliviers nourrir une "menora" d'or avant d'en entendre la signification: "Ni par la puissance ni par la force, mais par mon Esprit, dit l'Eternel des Armées" !
En pleine guerre d'Indépendance, les dirigeants d'Israël ont eu l'audace de choisir comme emblème la vision de Zacharie. L'Esprit, proclamaient-ils, doit inspirer les hommes de retour à Sion. Rien n'était moins évident. "Qu'un sang impur abreuve nos sillons", proclamait Rouget de Lisle, alors que dans une situation semblable, la jeune République s'était sentie menacée. Et nous le chantons toujours. Sans même que dans nos campagnes mugissent de féroces soldats.
Veille de Hanouca 2014

cactus

Basique
Créteil en novembre (an 2014 après J.C.). Un Juif de 70 ans est roué de coups et dévalisé dans son appartement. Un jeune couple est agressé dans celui de l'un des parents. La jeune fille est violée  L'argent, les objets de valeurs emportés. Dans les deux cas, écrit Libération (courrier électronique de ce jour) les agresseurs sont trois garçons âgés de 20 ans et de 18 ans, "deux Blacks et un Nord-Africain connus pour vols, violences et trafic de stups". Selon un enquêteur de la police, ils ont fait un raccourci tendancieux pour choisir leur cible, "tu es juif, donc tu as de l’argent", ce qui témoigne, dit cet enquêteur "d’un antisémitisme basique, primaire, idiot".
Cette notion d'"antisémitisme basique, primaire, idiot" est intéressante. Elle implique d'autres formes d'antisémitisme. Des antisémitismes "intelligents", les "sophistiqués", les "développés". Vous avez aussi l'antisémitisme "au second degré", l'antisémitisme "inconscient", "subconscient"... Vous pouvez compléter… Seulement quand vous essayez de classer les écrits et les manifestations antisémites dans l'une ou l'autre des ces catégories, ça se complique. Prenez l'antisémitisme chrétien dont Jean-Paul II disait qu'il "vient d'une lecture erronée des Evangiles". S'il est "erroné", il est idiot. Même difficulté pour l'antisémitisme racial. Essayez donc de le classer sous la rubrique "intelligent"!
4 décembre 2014

cactus

Avoir ou ne pas avoir un caractère juif renforcé
Comment traduire « 'hok haleom », la loi qui devrait être soumise à la Knesseth dans deux jours? «Une loi pour renforcer le caractère juif de l'Etat d'Israël», propose TV5. Vous me direz que c'est de l'hébreu pour eux. Pour moi aussi. Mais je ne vois pas comment faire mieux… ni, puisqu'on en parle, à quoi cette loi peut servir.
Ni à ses défenseurs. C'est très net chez M. Bénet, le patron du « Baïth Hayehoudi ». Grâce à cette nouvelle loi, dit-il, la Haute cour de justice, protectrice des immigrés clandestins, ne pourra plus invoquer comme seule loi, celle qui garantit "l'honneur des gens et leur liberté" (« kevod haadam ve'hérouto »). La Cour devra tenir compte aussi du « 'hok haleom », à l'avantage, cette fois, de la collectivité juive.
Seulement si l'on considère « le caractère juif renforcé » de l'Etat d'Israël, il faudra justement donner aux immigrés, clandestins ou non, les privilèges que ce caractère leur accorde. Non seulement en raison de la douloureuse expérience, très renforcée, des Juifs, pendant ces derniers siècles sur les routes du monde, mais aussi par l'impératif, maintes fois renforcé, que dicte la Tora (Lévitique 19, 34): «L'étranger résidant avec vous sera pour vous comme un citoyen d'entre vous. Tu l'aimeras comme toi-même » !
24 novembre 2014

cactus

Prier sur la Montagne
ou ailleurs ?
Le Mont du Temple et le Kotel vers 1850
Ne pas permettre aux Juifs de prier sur le Mont du Temple s'inscrit dans une longue tradition historique. Le premier à l'interdire fut Nabuchodonosor. Il y a 2590 années. Pour être sûr d'être compris, il abattit le Temple qui s'y trouvait. En plus, comme on n'est jamais vraiment sûr de rien, il amena les Juifs jusque chez lui. Mais vous les connaissez… 50 ans plus tard, ils étaient de retour ! Ne me demandez pas comment ils ont fait, c'est comme ça. Et illico, ils gravirent la Montagne pour y reconstruire leur Temple.
656 années après Nabucho, ce fut le tour des Romains. Bis repetita et le Temple brûla en l'an 70. Et comme on n'est jamais sûr de rien, ils interdirent aux Juifs, 65 ans plus tard, de mettre les pieds à Jérusalem. Dans la foulée, ils massacrèrent un demi‑million d'entre eux qui, pourtant dépourvus de potion magique, avaient cru malin de prendre les armes pour exprimer leur désaccord. Du coup, afin d'être sûr qu'ils ne se rendraient plus à Jérusalem, mais pour de bon, cette fois, l'empereur Adrien eut l'idée de supprimer Jérusalem. A sa place, il construisit "Aela Capitolina". Pourquoi un Juif pénétrerait-il dans Aela Capitolina, ses cirques et ses temples païens ? Un truc comme ça, fallait être Romain pour y penser. Pas un esprit obtus comme Nabucho! Pour être sûr, n'est-ce pas, il supprima aussi "Erets Israël" et fit du Pays d'Israël: La "Palestine".
Mais vous savez comment sont les Juifs… Bref, là je vais très vite…Les Croisés vont s'y mettre à leur tour. Ils massacrèrent tout le monde pour que la ville soit sainte et pouvoir y fonder le "Royaume chrétien de Jérusalem". Le nom de Jérusalem ne dérangeait pas puisque les Juifs n'y étaient plus. Mais vous savez comment ils sont… Bon… je vais encore plus vite:
Avec Soliman le Magnifique, les choses n'allèrent pas trop mal. Mais dès avant, déjà à l'époque byzantine, quand on acceptait que les Juifs se réunissent devant le bout du mur de soutènement de la Montagne à l'ouest, c'était pour qu'ils puissent s'y lamenter au souvenir de leur gloire perdue. On aimait bien les Juifs qui se lamentent, on aime bien, aussi, que les Juifs se lamentent. Au besoin, on faisait tout pour. D'où le nom de "Mur des Lamentations".
C'était un tout petit espace… fermé par des habitations autour, mais ça dérangeait les Musulmans sur place. Là je galope vraiment, pour aller très très vite…
Parce qu'on est déjà en 1931! Les Anglais se demandaient alors comment ils avaient pu avoir la bizarre idée, quatre années plus tôt, d'un Foyer National Juif en Palestine! La blanche Albion avait beau sortir Livre blanc sur Livre blanc, rien n'y faisait, les Juifs y venaient et ça, ça dérangeait les Arabes. On n'allait pas leur faire de la peine, quand même. Alors, les Anglais eurent recours à la Société des Nations (la SDN) pour accorder aux Musulmans "la propriété exclusive du Mur occidental"! Les Juifs étaient autorisés à placer des objets devant le Mur, mais "ce ne saurait en aucun cas leur conférer un droit de propriété quelconque sur le Mur ou sur la place qui le borde"! C'était dit et écrit. Bref, pas de Mur pour les Juifs. Mais il faudra attendre 1948 ou 49, quand la Légion arabe de Jordanie se mit à occuper la Judée et la Samarie (appelées dès lors : "Cisjordanie") pour que malgré les accords signés, les Juifs n'aient même plus d'objets de culte devant le Mur. Logique : Parce que dans Jérusalem-Est rendue judenrein, la Légion arabe détruisait toutes les synagogues avec leurs objets de culte. Alors où en trouver pour les placer devant le Mur?
Allez, on passe à 1967. Bien qu'invitée à rester neutre, la Légion arabe attaque depuis les hauts d'Armon Hanatsiv, là même où se trouvait (et se trouve toujours) le siège de l'ONU à Jérusalem! En six jours, la Légion perd, Israël gagne et réunifie Jérusalem, sa capitale de toujours. Moshé Dayan, confie la Montagne du Temple au Wakf. A cette époque, abasourdis par le choc des idées et des événements, les Musulmans auraient pu ne pas s'opposer à laisser un petit espace sur la Montagne pour que des Juifs y prient.
Aujourd'hui, il n'en est plus question. L'Histoire a pris le train en marche. Les Musulmans ont donné à la Montagne du Temple le nom "d'Esplanade des Mosquées" (le truc des Romains avec "Aela Capitolina"), Israël est accusé de judaïser Jérusalem!, de coloniser sa capitale (celle-là même que David fonda il y a 3000 ans!), le monde crève de peur devant l'Islam, les islamistes et le terrorisme. Et fanatisé à l'extrême, l'Islam ne supporte pas même qu'un Juif isolé prononce un fragment de prière à voix basse à proximité du Temple détruit. Essayez pour voir. Ou plutôt, non…
… je vous le déconseille. D'abord parce que ce n'est pas malin. Provoquer les gens quand ils sont excités, excités au nom de Dieu Lui-même!, c'est la dernière chose à faire. L'intifada se profile et rien ne serait plus stupide, voire criminel, que de verser de l'huile sur le feu.
Je vous le déconseille aussi d'un point de vue religieux: Depuis 1967, des écriteaux placés aux portes d'accès de la Montagne du Temple et signés par le Grand rabbinat d'Israël, indiquent qu'un Juif est religieusement interdit de monter sur la Montagne. Cet arrêt est approuvé par la quasi-totalité des décisionnaires rabbiniques qui comptent. Question de sainteté d'une part, d'impureté rituelle de l'autre. Trop long à expliquer.
Mais me direz-vous, je sens le besoin impératif de me prosterner sur l'emplacement de l'ancien parvis du Temple… C'est possible, mais si l'envie vous prend de manger un éclair au chocolat et que la pâtisserie est fermée, vous ne cassez pas la vitrine non plus.
Aujourd'hui les gens d'Islam prient sur la Montagne du Temple. Peut-être, parmi les milliers de fidèles qui s'y rendent, enfants d'Abraham, notre ancêtre commun, pourrait-il s'y trouver l'un ou l'autre qui prie pour la paix et la fraternité? Surpris, le Maître de l'Univers, pourrait entendre sa supplique. Voudrait-Il consentir alors, à encourager ceux de la Montagne à faire un pas dans cette direction? Comme à certains, au bas de la Montagne, de faire un pas en retrait?
Quant au Temple, dont nous souhaitons la présence, le consensus rabbinique veut que sa reconstruction soit décidée et réalisée par Dieu. Rachi l'écrit à sa manière: Le Temple descendrait, en une nuit, tout construit, depuis les Hauteurs. En attendant, laissons prier ceux de la Montagne où, par arrêt divin, nous ne sommes pas autorisés à le faire. Prier, notamment pour la paix, nous pouvons le faire dans nos synagogues, ailleurs aussi. Et dans nos cœurs. Et sûrement dans les bureaux de vote en plaçant dans l'urne le bulletin adéquat.
11 novembre 2014

cactus

Bim bam boum
Le Pape François est plutôt pour le "big bang". En tout cas, le "grand bang" ne contredit pas le récit de la Genèse, a-t-il dit, pas plus qu'il ne s'oppose à l'évolutionnisme. Il est très bien ce Pape. Chez nous, le premier qui a parlé du "big bang", fut sans doute Rav Yehouda ben Yehezkél. En Babylonie, il y a plus de 1600 ans. "Au premier jour, a-t-il affirmé, ont été créés le ciel et la terre, le tohu et le bohu, la lumière et les ténèbres, le vent et les eaux, la mesure du jour et la mesure de la nuit" (le temps? – B. Talmud 12a).
Puis et peu à peu, tout a été mis en place: ça a fait un effet terrible, un boom énorme. Seulement, dit Rav Yehouda, l'Adam, créé à l'image de Dieu et qui donc allait d'un bout à l'autre de l'univers, s'est très très mal conduit. Si bien qu'il fallut lui imposer son humaine condition. Prendre forme humaine ne l'a pas rendu plus intelligent. Comme dit l'autre, il n'avait pas inventé la poudre. Au point que, patatras, il s'est mis à l'inventer! Là ça a fait des boums terribles. Le danger, c'est qu'à force d'évoluer, l'homme confonde tout, l'image et le modèle, le yin et le yen, le bing et le bang, le bang et le boum. Et qu'il nous prépare le grand boum.
novembre 2014

cactus

Ça décoiffe !
Vous avez lu comme moi qu'après 128 ans de recherches, de suspense, d'enquêtes, d'hypothèses, d'effroi et de peurs, un certain Russel Edwards a découvert que Jack l'Eventreur était un Juif. Ça m'a fait un coup. Je me suis dit, ça y est, on va nous dire que le sang des victimes retombe sur nos têtes… Qu'il va y avoir des pogroms dans Whitechapel, des manifs et tout et que les Juifs de Londres, en masse, se mettent à faire leur aliya. Eh bien non, il n'y a rien eu. Rien ne s'est passé. C'est bien, non?
Mais Jack the Ripper, il n'était pas seulement juif. Il était aussi coiffeur. Et là c'est autrement grave. C'est la preuve qu'il y a des coiffeurs juifs. Ce qui tord le cou, si j'ose dire, à l'histoire du type proposant de "tuer les Juifs et les coiffeurs" et qui s'entend répondre: "Pourquoi les coiffeurs"? Eh bien oui, il y avait des Juifs coiffeurs et tout porte à croire qu'il y a toujours des Juifs coiffeurs. Bref, il n'y a plus aucune raison de ne pas exterminer les coiffeurs. La bonne nouvelle, c'est que si les Juifs de Whitechapel, y ont réchappé, les coiffeurs s'en sortiront aussi. Sans doute. Mais attention ! Je leur conseille de ne coiffer les sionistes que dans l'arrière-boutique, de ne jamais avouer qu'un sioniste leur a payé une friction. Et ce n'est pas en coupant les cheveux en quatre pour prétendre que sioniste et juif c'est la même chose qu'ils en seront quittes.
octobre 2014

cactus

Télescopages
C'est la faute aux calendriers: cette année Kippour et l'Aïd ont lieu le même jour. Alors, rapporte l'AFP, "des renforts de police vont être déployés dans toutes les localités d'Israël où Juifs et Arabes cohabitent pour éviter les frictions". Mais que fait la police? Ce n'est pas son rôle! C'est aux rabbins et aux imans de séparer, s'il le fallait, mais surtout de réunir les jeûneurs de Kippour et les mangeurs de mouton. Pour que les uns et les autres célèbrent ces journées dans un respect mutuel et, mais on ne peut penser à tout, en vue de respecter Dieu.
Le problème c'est qu'à en croire Haarets de ce jour, les deux grands rabbins d'Israël et d'autres avec eux sont occupés à autre chose. A empêcher une prière qui, à l'initiative de "l'Ambassade chrétienne", devrait réunir Juifs et Chrétiens au bas de la Porte de 'Houlda, à l'est du Mur occidental. Ils disent comme ça… que ça va retarder l'arrivée du Messie… Alors si Paris vaut bien une messe, un Messie vaut bien une prière à la porte de 'Houlda. Je veux bien… Mais pendant ces deux derniers millénaires, l'absence de prières entre Juifs et Chrétiens, elle ne l'a pas fait venir, le Messie! Alors, vous, je ne sais pas. Mais moi je me sens un peu perdu.
30 septembre 2014

cactus

Régimes
Une étude a-t-elle jamais comparé Winston Churchill à François Rabelais ? Le temps les sépare comme les arts qu'ils ont pratiqués et, en dépit de l'influence de la reine Victoria, Downing Street ne doit guère ressembler au couvent de la Baumette. L'humour anglais ne s'aligne pas davantage sur le verbe rabelaisien et il ne suffit pas que "le jus de la vigne clarifie l'esprit et l'entendement" de Rabelais et que chez Churchill "l'alcool ait tué depuis belle lurette tous ses globules blancs" pour faire de ces deux hommes des frères siamois.
Mais on les aime bien, l'un et l'autre qui donnent envie de mordre la vie à belles dents et à la raison des raisons d'espérer. En plus, ils se complètent. Prenez la formule selon quoi " La est un mauvais système, mais elle est le moins mauvais de tous les systèmes", et vous avez tort de laisser le sourire l'emporter sur la réalité. Les Américains qui ont imposé à Gaza le "moins mauvais système" ont placé Satan aux commandes et en Turquie, les élections démocratiques y ont conduit M. Erdogan. C'est que "démocratie sans conscience est ruine du pays". Quand les électeurs n'ont conscience ni des enjeux ni des réalités, quand par manque d'informations et de la liberté d'expression, ils n'ont pas conscience de ce qu'ils font, la démocratie est une dictature.
12 août 2014

cactus

L'antisémitisme en France…
…fait la "une" du Point, dans un article signé Sophie Coignard et rapporté par Yahoo sur nos écrans. Extraits: "Samedi 21 juin, les deux plus grands quotidiens américains publient de longs articles sur la montée de l'antisémitisme en France. […] En accroche, trois chiffres : 37 % des Français qui expriment ouvertement des opinions antisémites ; 40 % de hausse des actes de violence à caractère antisémite en France au premier trimestre 2014 ; 64 % d'augmentation des départs de citoyens français qui émigrent en Israël. L'effet est saisissant, et le corps de l'article ne l'atténue pas. […] Le Quai d'Orsay prépare une réponse."
A Paris, j'aurais (peut-être) couru acheter le Point au kiosque du coin. En attendant qu'il arrive à Jérusalem, il me faut faire le point moi-même. 37% c'est bien plus que je ne le redoutais. Et aux côtés de ces "37 % des Français qui expriment ouvertement des opinions antisémites", qu'en est-il des Français qui "expriment ouvertement des sentiments antisionistes"? Je sais… Je sais… Mais quand un antisioniste n'est anti que contre Israël, qu'il ne boycotte que les produits d'Israël, seulement les conférenciers d'Israël et n'affrète des flottilles qu'en direction de Gaza, il faut bien trouver ailleurs que dans l'idéal humaniste l'origine de ses orientations contre Israël.
Quant au Quai d'Orsay… sa réponse ne changera rien. Et c'est dommage parce qu'il est l'un des facteurs qui pourrait changer la donne. Si avec l'AFP – dont l'Etat est le premier actionnaire – il cessait d'appeler "colons" les Juifs en Judée et ceux qui sont de retour à Jérusalem, s'il nommait "terroristes" les auteurs palestiniens du terrorisme et s'il ne glorifiait pas Stéphane Hessel, pour lequel "la principale indignation concerne la Palestine, la bande de Gaza, la Cisjordanie", en appelant de son nom le principal "espace" de son ministère, il cesserait de distiller un poison qui alimente nos antis.
26 juin 2014

cactus

L'itinéraire du Vatican à Jérusalem
Le pape qui dans la crypte de Yad Vachem a repris la première question du monde: "Adam où étais-tu?" sait bien et mieux encore que faire la paix n'est pas l'affaire de Dieu. C'est celle d'Adam, des Adams du monde. Alors pourquoi réunir leurs princes pour prier Dieu de faire la paix à leur place? En hébreu, "prière" se dit TEPHILA d'un verbe qui signifie "juger". Prier, c'est se juger. Se juger devant Dieu. Se remettre en cause. Devant Dieu. Alors, une vraie prière pourrait-elle, quand même, avoir dans les Hauteurs un effet que la raison refuse. Bénie soit la rencontre à trois de dimanche prochain au Vatican.
Pourtant, j'aurais préféré que l'on prie pour la paix au Kotel. Ou mieux encore – la laïcité a ses préséances – dans les bureaux du Premier ministre israélien. En présence de ses ministres – de tous ses ministres – des Grands rabbins, des chefs des dynasties hassidiques, des rabbins de Judée-Samarie, de Tsoar… Et des gueules cassées des fronts de Syrie, d'Egypte et des autobus de la ligne 18 à Jérusalem. Parce que… prier signifie "juger". Prier, c'est se juger. Se juger devant Dieu. Se remettre en cause. Et que prier pour la paix dans les bureaux de M. Netanyahou, et se juger en conséquence et se remettre en cause, pourrait avoir sur tous ces hommes un effet que la raison refuse.
06 juin 2014

cactus

Le (port) salut vient de Pékin
Personne n'a jamais su exactement pourquoi à Chavouoth, qui commémore la proclamation des Dix paroles au Sinaï, les Juifs mangent des laitages: couscous au beurre, tarte au fromage, yaourts en pots… Qu'importe le flacon pourvu qu'on ne baisse… ni les prix ni la liesse. Telle fut la devise de Tenouva, la coopérative laitière d'Israël, fondée en 1926, qui trouva en Chavouoth un formidable fromage. Si bien qu'on a pu voir sur la couverture d'un journal d'Israël, Moïse au Sinaï, tenant deux tranches de gruyère dans ses mains. Et voilà que, par l'odeur alléchés, les Anglais allaient racheter Tenouva, qui persévéra à prendre les enfants d'Israël pour des vaches à lait. Les manifestations du printemps 2013 pour faire baisser les prix ne donneront rien. Ce n'est quand même pas à un Anglais qu'on apprend à soigner son Cottage! Bref, les Britanniques se sont fait leur beurre. Sur quoi ils se sont mis à proposer aux Chinois de leur vendre Tenouva. Pour 2,4 milliards de dollars. Mais ils n'avaient pas Comté avec le personnel, bien déterminé à avoir une plus grande part du fromage! La menace d'une grève juste pour la semaine de Chavouoth (du petit lait pour le personnel!) a fait céder la défense anglaise qui s'est déclarée Confucius. Maintenant, plus rien n'empêche Mao de ravir à Moïse ses tables de gruyère.
29 mai 2014

cactus

Les copains d'abord
La "réponse miroir" vous connaissez? On pense à Blanche neige… "Miroir, gentil miroir, dis-moi, dans le royaume, qui est la femme la plus belle?" Eh bien, non. Il ne faut pas confondre les contes des Grimm et la Crimée de Poutine. La "réponse miroir", c'est comme ça qu'en russe, on appelle la "réciprocité". Les sanctions russes, a expliqué M. Grigori Karasine, le vice-ministre des Affaires étrangères "doivent être comparables" à celles des Américains ou des Européens. Si l'Amérique interdit d'entrée les amis de Poutine, M. Poutine, lui, ne peut pas faire autrement que d'interdire l'entrée aux copains d'Obama. Seulement M.Obama, il a un mirror, lui aussi, et tout plein de noms de copains-copines de Poutine. Quant au gentil miroir de François Hollande, il ne sert pas seulement à lui dire qui, dans la République, est la plus belle. Il réfléchit ce miroir-là, et quand on lui parle Crimée, il répond: "Niet! Pas de Moulin Rouge pour les camarades de la Place Rouge". Bref, d'escalade en escalade, les dommages collatéraux menacent à leur tour. Au train où vont les choses, les potes de M. Poutine en Israël vont ne plus pouvoir quitter Savyon. Vous me direz, qu'ils n'ont qu'à prendre leurs vacances à Elath ou à Tibériade. Vous n'y pensez pas. Au prix des chambres d'hôtel en Israël!
27 mars 2014

cactus

De la vertu…
Alors qu'un millier de personnes ont été présélectionnées pour un voyage sur la planète Mars en vue d'y installer une colonie humaine, une fatwa de dirigeants religieux des Emirats arabes interdit aux musulmans d'y participer! Parce que, rapporte un blog du Monde, les risques du voyage "s'apparentent à un suicide" – ce que l'islam prohibe. Vous me direz qu'on aurait aimé entendre ça plus tôt… Mais la fatwa ne concerne que les suicides pour des "raisons non vertueuses". Pendant la dernière et très vertueuse intifada, Israël s'est bien rendu compte que certaines vertus tuent – bien que le substantif, pourtant féminin, s'écrive sans e. Du côté israélien, une installation sur Mars n'a rien d'évident, non plus. Un Israélien qui ferait son aliya, je veux dire qui "monterait" tout là haut pour une yerida sur Mars, tordrait le cou à l'hébreu. Mais on pourrait concevoir un patois hébreu propre aux Martiens d'Israël. Là n'est pas le problème. Non, le problème, ou les problèmes qui surgissent à l'idée d'une colonie sioniste sur Mars, sont d'un autre ordre. Vous imaginez la somme de travail que vont avoir les BDS et autres boycotteurs? Et qui va compléter le livre à 1 euro de M. Hessel? Et la Mars… eh oui, la Marseillaise qu'il faudra rebaptiser pour contamination sioniste? Et puis, avec plein de Sionistes, la planète rouge ne deviendra-t-elle pas, ipso facto, Dar al'haram? Gageons que les Islamiques qui feront alors le voyage, seront parés, entre autres, de toutes les vertus.
mars 2014

cactus

Un bon narrateur est un narrateur sachant narrer
Ses ancêtres habitaient Jéricho 5.500 ans avant que Josué n'y mette le feu. Voilà ce que M. Saeb Erekat a dit à Mme Livni lors de la Conférence de Munich sur la Sécurité. C'est son "narrative", a-t-il expliqué. Qui lui interdit de reconnaître en Israël un Etat juif. Eh bien, il a tort. Parce que si les ancêtres du négociateur palestinien ont échappé aux troupes sionistes de l'époque – il en est la preuve vivante – c'est qu'il est un descendant de Mme Rahab, qui a si bien descendu les murailles de la ville avec une corde. Or Madame Rahab, elle s'était faite juive! Ce sont les narratives qui le disent. Il y en a deux, de narratives. Celui du Midrash qui la marie avec Josué et le narrative des Evangiles, pour qui Rahab était la maman de Booz… dont on connaît l'aventure avec Ruth. Bref, M Saeb Erekat pourrait être un descendant du roi David. Absolument. C'est le narrative qui le narre. Alors, je ne vois vraiment pas pourquoi il ne reconnaîtrait pas un Etat juif avec pour Capitale cette Jérusalem dont son ancêtre, le premier, fit sa Capitale. Cela dit, et j'en conviens avec M. Erekat, 5.500 années avant Josué, donc 9000 ans avant lui, ce n'est pas rien… N'empêche que d'après le Journal of Archeological Science (narré dans Haarets du 3 février 2014) on a découvert près de Rosh Haayin le plus vieux barbecue du monde. On a trouvé là des os calcinés par les feux qu'allumaient des amateurs de grillades il y a… 300.000 ans! Par temps pluvieux. Plus vieux – y'a pas. Alors, quand au prochain Yom Haatsmaouth, M. Erekat viendra nous dire bonjour, et qu'il verra le pays tout entier couvert par les fumées des barbecues, il comprendra qu'au jour J, même un narrative oublié depuis 300.000 ans refait surface à la mémoire et dans le ciel d'Israël.
11 février 2014

cactus

La vengeance du Capitaine
Pour les 120 ans de l'Affaire Dreyfus (c'est le 13 octobre 1894, qu'un certain capitaine Alfred Dreyfus fut "invité" à se présenter au cabinet du chef d'état-major général de l'armée…) le Beth Hatefoutsoth, à Tel-Aviv, a prévu une exposition sur l'Affaire. La Bibliothèque Nationale à Jérusalem ne sera pas en reste, avec une édition originale du J'accuse, un manuscrit de Jaurès, des lettres du Capitaine… En plus, mais de façon permanente, Israël possède des descendants du Capitaine. L'un d'entre eux, Me Uriel Dreyfus est juge militaire pendant ses périodes de réserve. C'était déjà un joli pied de nez à l'Histoire.
Et voilà que l'année à peine commencée, et sans rien demander à personne, la France vole la vedette à Israël! En la personne de Bernard Stirn, arrière-petit neveu du Capitaine mais aussi juge des référés au Conseil d'Etat qui ferme sa… tribune (c'est bien "tribune" qu'il faut lire) qui ferme sa tribune à Monsieur Dieudonné. Alors que, je suis prêt à parier, jamais M. Stirn n'est allé au théâtre de la Main d'or (où la parole n'est qu'argent…beaucoup d'argent) pour l'entendre. Il lui aura suffi de se rappeler l'Ile du Diable pour vaincre Dieudonné. Que le Ciel me pardonne.
janvier 2014

cactus

Pour l'honneur d'une reine
C'est très bien que Jérusalem rende hommage à Bérénice. Pas à cause de ses relations avec Titus… D'ailleurs – et quitte à irriter l'un ou l'autre auteur français – je lui aurais conseillé un autre parti. Non, si Jérusalem rend hommage à Bérénice en lui accordant le nom d'une rue, c'est parce que la "reine de Juda", sut faire preuve d'un beau courage. Flavius Josèphe l'a raconté: Affrontant les soldats romains en furie, Berenikè, pieds nus, était allée supplier le procurateur Florus, le pire de tous les Procurateurs romains que connut Jérusalem, de mettre fin au sac de la ville et au massacre de ses habitants.
Ce que je vous dis de la reine, je le pensais déjà le 11 mai 2007, lorsque "Col Haïr" rapportait le propos d'un lecteur indigné: Sur la plaque de la "rue Bereniquè", photo à l'appui (je l'ai classée dans mes archives), la note biographique faisait de Bérénice un "Roi de Juda de la fin de l'époque du Deuxième Temple"! Cependant, assurait le journal, la Municipalité s'occupait de l'affaire. Dès qu'une nouvelle plaque sera prête, on la fixera à la place l'ancienne. Si bien qu'au soir du 11 mai 2007, je m'endormais serein et rassuré.
Et voilà que passant ce 29 décembre 2013 dans la rue Berenikè, je constate que Bérénice était toujours "Roi de Juda"! D'abord, j'ai pensé à un effet optique. Dont j'étais l'unique victime parce que les riveraines de la "Berenice st", comme l'indique l'inscription en anglais, n'auraient pu tolérer depuis cinq ans et demi cette atteinte à leur dignité. Ou peut-être un commando taliban, descendu de Ramat Beth Shemesh, venait-il, subrepticement, de plaquer un roi sur la plaque de la reine? A moins que… mais bien sûr! Les services de la Municipalité qui ont fait une nouvelle et très jolie plaque, l'ont accrochée dans une rue qui n'était pas la bonne… Dans "King George" ou dans "Malkhéi Israël". Ailleurs, peut-être… Hiérosolymitains, Hiérosolymitaines, je vous en conjure, cherchez! Aidez moi à retrouver la plaque et l'honneur perdus de la Reine Bérénice.
décembre 2013

cactus

Après neige
Pour ceux qui ont eu la chance – et l'électricité – et qui pouvaient se permettre de ne pas trop l'affronter, l'intermède en blanc de cet hiver 2013 n'a pas manqué de charme. Il était beau, effaçait les bruits de la ville, ouvrait les livres en fermant la télé et par la grâce du verglas au petit matin, nous accordait un réveil tardif. Sur la ligne des horizons politiques, la neige a réussi certains dégels: les véhicules de Tsahal qui ouvraient les routes ont été applaudis dans des villages arabes; à grand renfort de camions citernes, Israël a livré 1 million 200.000 litres de fuel à Gaza. Et si la mort a frappé depuis le Liban, il n'y a pas eu "d'incidents" pendant toutes ces journées avec les Palestiniens.
L'impréparation des autorités nationales et locales promet de joyeuses polémiques. L'influence corse (on attend que souffle le vent pour que tombent les châtaignes) est sensible. A l'entrée des maisons, sur les trottoirs… on attend que le soleil fasse le travail.
Au plus fort de la tempête, vendredi, les fidèles du Daf Yomi ont découvert le jeune Hillel, enfoui sous trois coudées de neige pour écouter l'enseignement des maîtres. Sur 2.711 folios, Yoma 35 est la seule page du Talmud qui, à notre connaissance, parle de la neige à Jérusalem. Il fallait surtout étudier le texte dans l'édition "Steinsaltz". Elle note, pour confirmer l'édifiante mésaventure de Hillel, qu'il arrive, de rares fois, que la neige tombe avec cette abondance sur Jérusalem.
18 décembre 2013

cactus

La huitième lumière
–S'il te plaît, dessine-nous un miracle…" Et voici que le Talmud nous dessine une Hanoukia à huit branches… et nous raconte l'histoire de la petite fiole d'huile qui, il y a bien longtemps, au temps des impérialismes d'alors, a brillé huit jours et huit nuits au lieu d'une seule journée et de sa nuit. Certains auraient préféré un candélabre à sept branches. Ils auraient voulu que le Talmud leur dessine une menora à placer telle quelle dans un Temple tout neuf. Eh bien, non. Après les sept – sept est le nombre biblique des finitudes – il y a une huitième lumière qui brillera après la longue nuit. Une huitième lumière qu'il nous faut allumer. Jusqu'à ce qu'elle soit assez forte pour éclairer les nuits du monde.
Mais faut-il vraiment y croire à cette histoire de fiole et de sa potion miraculeuse qui n'en finissait pas? Hanouca, c'est du sérieux: Une victoire militaire, une insurrection contre l'occupant, une révolution culturelle et cultuelle qui nous est rapportée par des livres d'Histoire! Et les adultes que nous sommes préfèrent l'Histoire aux histoires… Le problème c'est que tout se complique quand on devient adulte. L'enfant, sait bien, lui, qu'il ne doit pas tout croire. Il aime bien l'histoire de Barbe Bleue, du Petit Chaperon rouge et d'Alphonsine la petite souris… Mais il n'y croit pas vraiment. Pas plus qu'il ne croit à tous ces dessins et aux images sur ses mini, petits et grands écrans qui ne durent pas même le temps d'une bougie… Alors que nous, quand nous récitons les bénédictions avant d'allumer les lumières de Hanouca, on ne peut pas ne pas y croire, au miracle! Parce que nous sommes là, aujourd'hui, en ce Lieu, après une si longue absence, une si longue présence, une si longue Histoire… et de si nombreuses histoires dans toutes les nuits du monde qui n'en finissaient pas. Des histoires que nos enfants ont bien de la peine à croire.
7e jour de Hanouca 2013

cactus

Saisons
"Il n'y a pas d'automne en Israël", regrettait un ami. Quelques feuilles font bien semblant de jaunir; d'autres, confuses, ne peuvent s'empêcher de rougir. Elles ont tort: l'automne n'a pas sa place sur la terre de la Bible. "Setav" qui nous sert à en parler, y désigne l'hiver. Il n'y a pas de printemps non plus: "Hodesh ha-Aviv" est le "mois de l'épi" ou de la "germination". Il correspond au printemps, mais dans la Tora il n'y a pas de saison qui porte le nom "d'Aviv".
Je ne sais ce qu'en dit le Coran. Ses lecteurs, de la Libye à la Syrie, en passant par la Tunisie et l'Egypte, savent qu'il n'y a pas de printemps. Le printemps arabe ça n'existe pas. Ce sont les Européens qui leur ont accolé un printemps. Sur le modèle du "printemps des peuples" – ceux de France, d'Autriche, d'Allemagne, d'Italie, de Pologne, de Hongrie, de Prague aussi, qui l'ont fait éclore en 1848. Fût-ce le temps d'une rose. A Damas et à Benghazi, on lui préfère le chrysanthème et le sanglot long tout le long des charniers monotones. Ni printemps ni automne… Seulement l'hiver et ses nuits – et la foudre des hommes allumant les brasiers des étés hébétés.
15 novembre 2013

cactus

Y'avait kabbale y aller
Rien ne m'y avait préparé. C'était un jeudi comme un autre, un simple jeudi d'octobre, chaud et ensoleillé comme il sait l'être à Jérusalem, quand au haut de la rue Ben Yehouda, dans la zone piétonnière, je lis, je vois – mais je n'en croyais pas mes yeux –écrit en grandes lettres sur une devanture: "Lunettes kabbalistiques". Je savais qu'en l'an béni 2014, Google allait lancer ses "Google glass", mais qu'ici, à Jérusalem, on nous propose avec un an d'avance des glass kabbalistiques, des lunettes qui sont "l'ultime panacée" (je tente de traduire: ultra-segouloth), qui vous garantissent "longue vie", "santé", "amour", "fortune", un "art de vivre" et en plus un "mariage heureux", je trouve ça magnifique. Et vous savez comment ils font? Vous savez pourquoi on peut avoir tout ça? Eh bien, grâce à un circuit imprimé! Pas un banal circuit comme dans les transistors et autres trucs électroniques. Dans ces glass-là on a imprimé des passages de la Kabbale! Et même des amulettes. Et encore des formules mystiques. Fallait y penser…
Mais faut pas que le client se mette à penser. Les glass n'accordent pas l'intelligence. S'il avait les yeux en face des trous, vous devinez ce qu'il en ferait de ses lunettes kabbalistiques !
9 novembre 2013

cactus

La circoncision en coupe réglée

La résolution du Conseil de l'Europe du 3 octobre 2013, qui préconise la suppression de la Berith mila, la circoncision juive, fait suite à un "projet de résolution", adopté à l'unanimité le 27 juin, par la "Commission des questions sociales, de la santé et du développement durable". Et, croyez-moi, il n'y a pas que le développement à être durable.
Certes on peut s'interroger sur le droit des parents à circoncire leur enfant. Encore faut-il répondre avec un brin de rigueur et de connaissance. Il est pour le moins surprenant de lire que "plusieurs experts ont été entendus" du côté juif et "religieux", alors qu'il n'est fait mention que du réalisateur d'un film militant contre la circoncision, pour affirmer que "même dans le cadre religieux, l'on entend de plus en plus de voix critiques". Et comment ne pas relever que ce "de plus en plus" (par rapport à quand? Par rapport à qui?) sert d'argument à neuf reprises! Que "souvent", un autre terme éminemment précis, apparaît quatorze fois dans le texte.
Ne convenait-il pas d'entendre au moins un maître du judaïsme traditionnel pour se faire une opinion? Au lieu de quoi, la Commission oppose à "la face sombre" de la religion juive, "des initiatives telles que le Jewish Circumcision Resource Center… qui, en général", explique-t-elle, "évaluent une idée non seulement en fonction de sa conformité à la Torah, mais aussi de son accord avec la raison et l'expérience".
Si depuis l'Empereur Hadrien, qui en interdisant la circoncision déclencha la seconde guerre des Juifs contre Rome, l'idée de proscrire la Berith mila ne paraît pas plus nouvelle que "la face sombre" du judaïsme, le projet de résolution présente quand même un côté innovant. A ma connaissance, en tout cas, c'est la première fois qu'une Commission du Conseil de l'Europe s'attribue le rôle de réformateur des religions. En l'occurrence, elle propose un rituel présentant l'avantage de "servir à tous les enfants, garçons et filles confondus". Alors la parité? Pour la Berith mila, aussi? Pas exactement, mais un "rituel alternatif, parfois appelé cérémonie de nomination ou bris shalom" (sic) mais sans circoncision! Et si je vous dis que pour cette chose, "on constate un intérêt grandissant de la part des communautés juives", vous serez tout à fait convaincus.

9 octobre 2013

cactus

Assad, toujours serein…
Juste l'Opposition qu'est pas contente. Normal, ça sert à ça une opposition. Tous les autres sont bien contents. Poutine, Obama, la France, Israël… La petite Grande-Bretagne aussi. Même Assad qui, il l'a dit, a remporté une "grande victoire".
Remarquez, Assad, il aurait pu remporter sa grande victoire depuis longtemps. Si seulement il avait pensé à se débarrasser de ses stocks de sarin et de leurs vecteurs avant qu'on le lui suggère. Mais on ne peut pas penser à tout.
C'est comme la Russie. Si elle n'avait pas livré des gaz inervants et paralysants à la Syrie, si elle n'avait pas formé des officiers syriens pour s'en servir, elle aurait pas eu besoin d'embêter Assad avec toute cette histoire. C'était tout simple. Mais ça vous échappe parfois les choses simples. C'est tellement volatiles les choses simples.
N'empêche que c'est très très bien tous ces efforts de tous, aujourd'hui, pour que M. Assad cesse d'utiliser ses armes chimiques. Avant, lorsqu'il a stocké sarin, soman et autres saletés, ça ne dérangeait personne. Parce qu'on n'imaginait pas qu'il s'en servirait pour gazer ses gens à lui. Non, personne n'imaginait un truc pareil. Ça ne devait servir qu'à gazer… Mais à gazer qui, au fait ? Vous avez une réponse?
16 septembre 2013

cactus

Pourquoi les p'tits bateaux vont plus sur l'eau ?
Oui pourquoi? Que sont les flottilles devenues? Les "Liberté", "Dignité", et autres "Humanitaires pour Gaza", elles sont devenues quoi depuis que la "grande prison en plein air" est bouclée à Rafiah?
Je vous pose la question parce que samedi soir, la 1ère chaîne israélienne a présenté un reportage sur l' "Africa Mercy", un navire hôpital qui fait le tour de l'Afrique, avec de longues escales. Tout le personnel médical y est bénévole. Le bateau accueille les malades, gratuitement, pour des opérations chirurgicales (cataracte, ablations de tumeurs, fermeture de fentes labiales et palatines, interventions orthopédiques, etc). L'hôpital est équipé d'un scanner, d'un service de radiologie, d'un laboratoire, de salles d'opérations et de dizaines de lits d'hospitalisation. Il réalise 7000 opérations par an et à terre, il forme des équipes pour installer des centres médicaux.
Je me suis dit que les flottilles de Gaza, au chômage, pourraient faire un truc pareil? Vous avez une idée pourquoi ils n'y pensent pas?
22 qoût 2013

cactus

Même le Pharaon!
Si je vous dis que sur la place Tahrir, on a brandi un drapeau d'Israël sans le brûler, vous ne me croirez pas. Eh bien si. Au milieu, on avait collé le portrait de Mouhmad Morsi. Ça montrait que l'ancien président était un agent sioniste. Vous pensez bien que les Frères n'allaient pas en rester là. Ils ont proclamé que c'est le général Al Sisi qui est un agent du sionisme. Si si... Bref, on discute sur les détails, mais les deux camps s'accordent sur l'essentiel: à reconnaître dans tout ça la main d'Israël. Juste... quand en Israël, on trouve les pieds d'un Pharaon! Vous vous rendez compte, un Pharaon a posé ses pieds en Israël! Et pas n'importe lequel. Mykérinos, ou plutôt son sphinx, qui a une pyramide à son nom à lui tout seul à Gizeh, est venu s'ébaudir à Hatsor, il y a quatre mille ans. Qu'il ait perdu la tête, paraît évident. Mais les archéologues la cherchent. Ils disent qu'ils sont sûrs de la trouver! Or il ne faut pas. Surtout pas.
Parce que s'il s'avère que Mykérinos avait toute sa tête, les Egyptiens vont la réclamer. Ils vont la mettre à prix, sa tête. Les touristes qui photographieront la "pyramide sioniste" risqueront la prison... Et j'entends déjà les BDS, qui boycottent Disneyland, scander devant les agences de voyage: "A bas Mickey-Rinos". Non... Il ne faut pas. Le Pharaon doit appliquer la politique propre à la région: garder la tête enfouie sous le sable.
11 juillet 2013

cactus

Tension croissante entre pâtissiers de France et d'Israël
Ce n'est pas la faute de Panoramix, le premier à traduire la Genèse en gaulois, si Obélix, davantage porté sur le porc épique que la génétique, proclama après lui, avec un zèle tonitruant: "Croissants et multipliez..." Aussitôt, dans le village (vous savez bien "le petit village qui résiste encore et toujours ..."), on multiplia. Et le croissant divin devint une spécialité française, aimé des Français, de ses rois, de ses reines. Wikipédia raconte (je le... crois sans peine), que Marie de Médicis fit servir "quarante-trois gâteaux en forme de croissant" lors d'un banquet à Paris. C'était en 1549. Quand deux cent quarante années plus tard, Marie-Antoinette eut la malencontreuse idée de remplacer le croissant par la brioche, le peuple de Paris résista à son tour. Non, le croissant restera toujours la madeleine des Français.
Aussi, quand le Grand rabbinat d'Israël, soucieux de distinguer l'un de l'autre, a demandé que les croissants au beurre aient la forme d'un croissant, et que les croissants sans beurre soit droits comme le mètre étalon, j'en suis resté baba. La législation concernant les croissants est une affaire française! Compterait-elle pour du beurre aux yeux des rabbins d'Israël? Or en France, le croissant au beurre est droit! Seul le croissant pure margarine est courbe. De quel droit le rabbinat mélange-t-il les espèces de croissants – ce que le Créateur (Genèse 1, 21) s'est bien gardé de faire avec les êtres croissant qu'il créa ici-bas?
- Cesse de t'indigner, m'a dit un ami. Reconnais plutôt que les rabbins rendent au croissant au beurre, la forme du Croissant; qu'ils (re)commandent même de dire une bénédiction en le goûtant! Par les temps qui courent, c'est pas de la tarte, crois-moi...
28 juin 2013

cactus

Sur Pierre Mauroy
A l'hommage rendu à Pierre Mauroy, je voudrais très modestement joindre le mien. A la suite de son discours du 17 juillet 1981 sur la "nouvelle citoyenneté", j'évoquais dans "Tribune Juive" des similitudes ("et pas des moindres") entre ses paroles et celles d'Isaïe (chap. 58, v. 6 et suiv.) Quelques mois plus tard, à l'occasion de la parution du n° 800 de "Tribune Juive", le Premier ministre accepta mon invitation à un dîner du journal, pendant la fête de Hanouca. Il eut la générosité de rappeler ma réflexion pour développer, devant une assistance attentive, ses idées sur la "nouvelle citoyenneté". Ce qui allait me permettre de rendre compte de son intervention en titrant: "Le gouvernement de gauche sous le signe de la Bible et de la modernité". Et en page de couverture, sous Pierre Mauroy et les lumières de Hanouka réunies, je relevais ce propos: "Entre le message biblique que nous avons en commun et qui sert de fondement à toute la culture occidentale et les objectifs que nous poursuivons, il y a une similitude profonde".
"Je ne serais pas complet, dit encore Pierre Mauroy" (et... je ne le serais pas, moi, si je taisais ses sentiments envers l'Etat d'Israël) "si je ne parlais que d'évolution économique et d'évolution culturelle, sans évoquer ce qu'a signifié pour ceux de ma génération, au lendemain de la Libération, la naissance d'Israël. Les Socialistes ont vécu toute la phase de la naissance de l'Etat d'Israël dans un élan de solidarité et de ferveur. [...] J'ai beaucoup voyagé en tant que Premier ministre mais pendant la longue période où j'ai eu des responsabilités aux Jeunesses socialistes, à la SFIO, puis au nouveau Parti socialiste, je me suis bien rendu une dizaine de fois en Israël".
J'ajouterai qu'à la suite de cette manifestation, le CRIF allait prendre l'initiative de ses dîners annuels avec les dirigeants de la République.
12 juin 2013

cactus

Saisons
Ancien ambassadeur d'Israël, Daniel Gal, évoque dans un courrier électronique, le propos d'un journaliste allemand de "grand renom", spécialiste du Proche-Orient, pour lequel "les printemps arabes", ça n'existe pas. Avant de se rappeler, si... "dans une région d'Egypte, il y a une saison très brève mais intense de pluies diluviennes qu'on qualifie de printemps; mais après ces averses, tout se transforme en boue désastreuse".
Alors, continue M. Gal, que les journalistes nous fassent la grâce de ne pas nous resservir le même plat concernant la Turquie! Ou plus exactement la même... tasse, car "le café turc qu'on déguste dans nos régions, on l'appelle en hébreu: "café bots", traduisez –"Café boue"! Il est bien vrai "qu'une fois bu, ce café ne laisse au fond des tasses que de la boue".
Mais, justement, pourquoi, les médias qui, depuis trois ans, ont su lire tant de choses dans le marcmara de café, n'ont-ils pas deviné la montée des jeunes Turcs dans les rues d'Ankara et d'Istanbul? Ils n'avaient pas davantage prévu ce qui devait se passer à Tunis, à Tripoli, au Caire et à Damas... De ce point de non-vue, les places et les rues de Turquie en ce début de juin, rappellent bien les "printemps arabes". Parce qu'il y a eu, je pense, des printemps arabes. C'est l'été qui était pourri. C'est l'été arabe qui est pourri.
Quant au... caoua de nos clairs matins et de nos nuits blanches, j'aurais tendance à recommander le ness-café dont les inventeurs (de chez Nestlé) ignoraient qu'en hébreu, "ness" signifie miracle. Le Ness-café, bien plus que le bots, mériterait d'être le caoua d'Israël. A ne consommer, toutefois, qu'avec modération.
6 juin 2013

cactus

Ontologie
On entend dire qu'être ou ne pas être est la question. C'est très exagéré. C'est peut-être une question, mais pas "la" question. En tout cas hors du Royaume de Danemark. Ainsi, dans un kibboutz du Golan, Ibrahim servait comme "goï du Chabat". Par-dessus tout, il aimait rallumer la lumière dans la synagogue quand les plombs sautaient. Convaincu que tel était son devoir sur terre, il prit l'habitude de rester dans la synagogue; puis il apprit à chanter avec les fidèles et se mit à prier avec eux. Aujourd'hui, Ibrahim veut se convertir mais à condition de continuer sa mission de "chabat-goï" du kibboutz. Vous avez une réponse à la question?
A l'inverse, la question peut ne pas se poser. Ne pas du tout se poser. Prenez ce type à Paris qui a attaqué un rabbin et son fils à coups de cutter. Sous son manteau, il portait la camisole d'un hospice psychiatrique. Son avocat veut plaider la folie! Mais le fait que son client, d'origine iranienne de surcroît, ait attaqué un rabbin et son fils au lieu de l'épicier normand et goï –que je félicite pour son excellente santé – n'est-il pas la preuve évidente qu'il est normal?
Ce qui nous ramène au cas classique de l'antisémite. Pour lui, ne pas l'être n'a jamais posé de question. Je dirais même qu'il apporte un démenti formel à cette autre fable selon quoi on ne peut être et avoir été. Bien au contraire: on ne peut être antisémite sans l'avoir été.
6 mai 2013

cactus

La Saint Valentin en Syrie

C'est très bien l'oecuménisme. Même que son initiateur, Lars Olf Jonathan Söderblom, archevêque luthérien d'Upsala, reçut pour ça le Prix Nobel de la Paix en 1929. C'est très bien parce que ça devrait permettre de rapprocher les gens. Encore que dans sa forme originale, l'oecuménisme avait pour seul objet d'unifier les Eglises. C'est dire que dans ses formes secondaires, la troisième, la quatrième, la cinquième... il en reste de la place pour des Nobel! Un Uléma sunnite qui dirait que ce n'est pas bien de faire exploser les mosquées des shiites; ou un Iman shiite qui aurait l'idée de conseiller de ne pas placer de dynamite à l'entrée des mosquées sunnites seraient aujourd'hui les candidats les plus chanceux.
Il est vrai aussi qu'on ne peut pas tout mélanger. Le syncrétisme n'a qu'une relation phonétique avec la sainteté. Il atteint parfois d'étranges sommets. Ainsi chez B. un salafiste tunisien de 23 ans de retour du front syrien. Il raconte comment son groupe a gagné une bataille aux cris d'Allah Akbar. Mais aussi que l'ami qui l'accompagnait y a été tué: "Il est mort le 14 février, le jour de la Saint-Valentin, il a rejoint 70 vierges". Isabelle Mandraud qui rapporte son propos dans Le Monde, note que B. s'est "esclaffé" pour le dire. Puis il a ajouté: "J'ai appelé sa famille, ils étaient contents, leur fils est mort en martyr." Là, Isabelle Mandraud ne dit pas qu'il s'est esclaffé.
C'est triste à en mourir.

15 avril 2013

cactus

Oh! ba-ma nishtana ?
"Obama a-t-il programmé sa visite en Israël pour s'y trouver la veille de Pessa'h"? Chelomo Malka, de Radio Com, m'a surpris en me posant la question... Le Président américain a l'habitude de réunir ses collaborateurs juifs pour célébrer avec eux, matsoth en main, un pré-Séder. Pour Obama, il ne s'agit pas seulement d'un geste de politesse ou d'entente cordiale; on imagine sans peine qu'il prend part à la célébration de la liberté que nos ancêtres, les premiers, ont enseignée aux hommes. Les Noirs américains, en lutte pour leur liberté, évoquaient avec ferveur celle des Hébreux sortant d'Egypte. Ils chantaient: "Go down Moses"... Et s'écriaient avec lui en affrontant leur Pharaon: "Let my people go"! C'est du nom de "Moses" qu'ils honoraient ceux qui menaient le combat, comme Harriet Tubman, "Grand-mère Moïse" ou "Moïse du peuple noir", ou encore le Jamaïcain Mosiah Carvey, appelé "Black Moses".
A peu près tous les Commandements de la Tora procèdent, d'une manière ou d'une autre, de la sortie d'Egypte ou plutôt du souvenir que nous devons en avoir. Mais au-delà de la formule, maintes fois répétée, nous rappelons-nous vraiment la sortie d'Egypte? Les Noirs américains se souviennent sans doute mieux que nous autres, aux âmes habituées, que sans les Moses de leur Histoire, "ils seraient encore", pour reprendre la formule de la Hagada "esclaves en pays d'Amérique"...
18 mars 2013

cactus

Humble contribution à la Semaine de la francophonie.
Les apports hébraïques au français, dit-on, remontent au 11e siècle, à Rachi de Troyes, puis aux Tossafistes. Mais les Hébreux – que tout petits, déjà, on couchait dans des moïses –ont nourri la langue française bien plutôt. Ainsi le costume d'Eve, qui demeure le plus simple et le plus beau des vêtements. De la même époque date cette pomme, certes inconnue dans le texte biblique, mais qui n'en reste pas moins au travers de la gorge d'Adam. Encore plus en avant dans le temps et avant même que le temps ne fut, vous avez "tohu-bohu". La formule peut paraître légèrement pédante sur les bords... Mais s'écrier: "Quel tohu-bohu!" au spectacle d'une pièce en désordre, accorderait à l'indigné ce brin d'élégance que la formule courante lui refuse quand elle ne le rend grossier.
Reconnaissons pourtant qu'il est des mots plus seyants en français que dans leur traduction d'origine. "Messie" vient de l'hébreu Mashia'h qui signifie "oint". Le Messie est un oint... Un Oint! C'est le genre de choses à ne pas dire. Même en faisant la liaison. Vous imaginez, sur les Champs-Elysées, nos loubards qui se mettent à chanter: "Oint, Oint, Oint, aï aï aï..." ? Personne n'en voudrait plus du Messie! En attendant, on annonce à Jérusalem, l'arrivée cet été, du FC Barcelone pour y rencontrer une équipe judéo-musulmane. Aux buts: la Paix. C'est quand même dommage cet E qui manque à Lionel MESSI.
28 février 2013

cactus

Perversions
La perversion, c'est le "changement en mal" (dicos). Exemple tirée du Talmud: Refuser de sauver une femme qui se noie parce que la pudeur ne permet pas de lui tendre la main. Exemple universel: La perversion de la démocratie (dêmo = peuple et kratia = Pouvoir) quand elle conduit à un Pouvoir antidémocratique. Hitler a bien été démocratiquement élu. En Egypte, aujourd'hui, une semblable perversion prive de pouvoir à la fois le peuple et son gouvernement.
Appliquée à Israël, la perversion conduit à l'accuser de colonialisme quand il retourne sur ses terres que d'autres avaient colonisées. Certes, on peut (on doit) considérer que la présence israélienne dans les "territoires" est illégale. Mais l'accuser de colonialisme relève d'une perversion voulue pour ajouter le stigmate à une réalité compliquée. Dernière en date de la même veine: une caricature dans le Sunday Times (parue le 27 janvier – journée internationale de la Shoa en signe de perversion-bis). On y voit Netnayahou construire le mur de la séparation avec le sang des Palestiniens dont les membres sont écrasés par les pierres. Or ce mur a pour seule origine les attentats palestiniens et plus particulièrement les attentats-suicides. Et empêche le sang de couler des... deux côtés du mur. "Perver‑sion" – ou changer Sion en mal.
(איור: ג'ראלד סקארף, סאנדיי טיימס)
28 janvier 2013

cactus

Lapidairement, vôtre...
C'est triste de voter en janvier. Et de se dire qu'en février ni Bibi, ni Shelly, ni Livni ne vous téléphoneront plus. J'aimais bien. Ils me disaient des choses très bien, très intéressantes, très encourageantes. Pourquoi ils étaient des gens tellement bien et ce qu'ils allaient faire au prochain gouvernement. "Sous ma direction" – bi-rechouti!– qu'ils disaient. Déjà, le 23 janvier, mon téléphone a cessé de sonner. A Bézek on m'assuré que ma ligne n'était pas coupée et que, non, on n'avait pas changé mon numéro, Pourtant j'avais eu des conversations passionnantes avec les sondeurs. Ils savaient mon angoisse, celle de ne pas reconnaître, peut-être, le meilleur pour qui voter. Eh bien, pas un n'a pensé à me demander comment ça s'est passé en ces moments terribles où vous vous retrouvez seul dans l'isoloir face à trente-et-un petits bulletins blancs, tous pareils, avec une lettre noire imprimée dessus.
C'est triste de voter en janvier et de se dire que pendant trois années et 250 jours, vous n'avez plus de destin national, que vous ne pouvez rien faire pour la paix avec les Palestiniens, contre le nucléaire iranien et moins encore pour faire baisser le prix du petit pot de fromage blanc et de l'immobilier. Et que, peut-être, tout ce que vous ont promis Bibi, Shelly, Livni et Lapid en plus, n'arrivera pas. Reste le petit Pérès du peuple pour le leur rappeler.
24 janvier 2013

cactus

Du bon usage de l'orthographe
Etre capitaliste, je l'avoue, ne vous met pas toujours à l'aise. Ainsi, je suis embarrassé quand dans une même phrase j'écris qu'un Juif a mangé un fallafel (ou des figues, ça n'a pas d'importance) et que son ami chrétien a mangé des dattes – ou des croissants, ça n'a pas d'importance, non plus. Mais je n'y peux rien, tous les dictionnaires vous le disent: "Juif" s'écrit avec une capitale et "chrétien" avec une minuscule. Parce que nous, on est "des descendants d'Abraham, un peuple sémite, monothéiste qui vivait en Palestine" –je recopie ce que dit le "Petit Robert", mais les italiques sont de moi. Si bien qu'on a droit à une capitale alors que les chrétiens, eux, ils "professent la foi en Jésus-Christ" et comme membres d'une religion, ils ne reçoivent qu'une minuscule. Bon...avec les chrétiens, c'est moins grave qu'avant. Mais quand je mets un petit m à "musulman", sans parler du tout petit i, tout maigre et rachitique en plus, à "islamiste", je crains une fatwa, moi! On en a brûlé pour moins que ça. Alors, je le sais bien, c'est très injuste, cette capitale qu'on est seul à avoir. Mais ce n'est pas une raison pour nous l'enlever, notre Capitale. Non, Jérusalem restera la Capitale du peuple juif. Et si d'autres, par amour de Jérusalem, de cette Jérusalem dont Herzl proposait de faire la Capitale du monde, le voulaient eux aussi, eh bien, qu'ils soient les bienvenus !
11 janvier 2013

cactus

Lumières
Les jours se font courts. Partout dans le monde, raconte l'Histoire, nos premiers ancêtres craignaient, quand le jour baissait et baissait encore que la nuit l'emporte pour de bon. C'était il y a longtemps. Très longtemps. Aujourd'hui on leur aurait montré qu'il y a des cycles qui reviennent toujours et que rien ne change. On leur aurait montré les journaux qui parlent du conflit israélo-palestinien. Ça les aurait convaincus. Ils n'auraient pas allumé de grands feus pour vaincre les ténèbres. Ou plutôt si. Parce qu'il fallait bien se chauffer!
Le Talmud, aussi, raconte l'histoire d'Adam, effrayé de voir les ténèbres toujours plus fortes et plus longues. Quand il a vu que la clarté gagnait de nouveau sur la nuit, il a décrété des fêtes. Hanouca, au solstice d'hiver, s'en souvient avec la victoire des Maccabées. Mais quand nous fêtons la petite fiole d'huile pure de Hanouca qui a brûlé bien plus qu'on ne pouvait l'espérer, c'est le miracle que nous célébrons. C'est pourquoi, dit le droit rabbinique, il est interdit de profiter de son feu et d'en éclairer la nuit. Pour le conflit israélo-arabe, c'est pareil. Les lumières du miracle ne sont pas faites pour que nous en profitions. Pour nous éclairer et nous chauffer, pour qu'il fasse bon sur la terre que nous habitons, c'est à nous d'allumer les lumières.
Kislev, 5773

cactus

Le roi Arthur à Jérusalem
C'est sûr, il y a énormément de gens qui ne pensent pas comme moi. D'abord ceux qui ont organisé ces soirées imbéciles de chevalerie à la porte de Jaffa à Jérusalem et surtout ceux qui y accourent. Quand on pense Histoire, les chevaliers à Jérusalem ne sont ni le roi David ni Rabbi Akiba. Pas davantage Montefiore. Ce sont avant tout, les Légions romaines qui l'ont brûlée avant d'en faire Aela Capitolina, puis les croisés qui, Montjoie, Montjoie ont trucidé Arabes et Juifs de la ville. Et puis notre environnement, aujourd'hui, est suffisamment guerrier, pour que je ne voie pas l'absolue nécessité d'armer en plus nos enfants d'épées de plastique ou de baudruche gonflable.
Maintenant que j'ai dit ce que j'en pensais, je veux vous dire que ces soirées sont merveilleuses. Qui se rappelle Jérusalem désert, la nuit, au temps de l'intifada, quand les autobus sautaient et les cafétérias, aussi, (encore que la Vieille ville était alors le lieu le plus sûr...) éprouve une joie profonde pendant qu'un jeudi soir qu'il pensait ordinaire, il est bloqué par les embouteillages, et que sur la place, à la porte de Damas, la foule heureuse est si dense qu'elle empêche de passer les hommes et les femmes de retour du Kotel.
2 novembre 2012

cactus

Chapô
Quand dans l'Empire Ottoman, la réforme vestimentaire a introduit le pantalon et la redingote, les fonctionnaires n'ont pas renoncé pour autant, note Bernard Lewis, "à leur couvre-chef, le fez, le turban et le keffieh, symbole de leur différence avec l'Occident" . A Saint-Cyr et à l'Ecole polytechnique, on n'y renonce pas davantage. Vous verriez un Général sans feuilles de chêne? Et les gars de la Marine, vous croyez qu'ils sont prêts à jeter leur pompon à la mer? Ils feraient comment aux escales pour laisser un quelque chose à leurs "blondes"? Même qu'ils chantent: "A toutes nous donnons/ Un p'tit morceau d'not ' pompon."
Et la kipa? Eh bien j'y aurais volontiers renoncé. Par ses différences de couleur, de forme, de matières, par sa circonférence plus ou moins grande (dont le rapport au diamètre quoiqu'en disent les mathématiciens va de mal en pi) elle provoque d'inutiles fractions. Et autant de divisions. La kipa n'a pris de l'importance qu'au jour où les premiers rabbins libéraux l'ont jetée aux orties. Comme ceux d'aujourd'hui s'en couvrent avec ostentation, je m'étais dit qu'il suffirait de le signaler aux harédim pour qu'ils la suppriment, la kipa. C'était pas une riche idée? Et patatras ! Voilà que Marine Le Pen demande qu'on mette la kipa au vestiaire. Comment voulez-vous après ça que je me fasse entendre? Que la kipa doive son salut à la Marine, c'est quand même le pompon.
Bernard Lewis, Que s'est-il passé? L'Islam, l'Occident et la Modernité (Gallimard p. 101).
3e jour de Soucoth 2012

cactus

Billets suivants   Billets précédents

Israel Judaisme alsacien Accueil
© A . S . I . J . A .