L'antisémitisme, la guerre
En 1939, la communauté juive d'Europe est confrontée depuis plusieurs années à la recrudescence d’un antisémitisme ancien. En Hongrie, en Pologne, en Roumanie, en Russie, dans l'A llemagne nazie, les mesures de persécution et les pogroms se multiplient. A Strasbourg, la communauté juive, particulièrement politisée, n'ignore pas le sort de ses frères allemands et vit dans la crainte. En juin 1940, après plusieurs mois de "Drôle de guerre" et quelques semaines d'une bataille éclair, la France capitule devant les armées allemandes, jetant sur les routes soldats et familles.

"Replié" de Strasbourg à La Bachellerie (Dordogne) en 1939, il évoque les souvenirs liés à la capitulation de l'armée franšaise, la débâcle et le passage, en 1940, de colonnes de civils et de militaires en fuite. (7 AV 48) Il décrit l'ambiance de l'année 39 et celle du début de l'année 40 à Paris ainsi que l'état d'esprit des officiers en stationnement à Giverny (Eure) avant et après leur montée au front. (7 AV 46 et 47)
Il raconte sa campagne militaire en Belgique, sur le canal Albert, et la retraite avec son régiment jusqu'à Béthune (Pas-de-Calais). A l'issue de la guerre, il reçoit la croix de guerre et la médaille militaire des mains du général Koenig.(7 AV 54) Il évoque l'antisémitisme des années 30 qui sévit en France et jusque dans son lycée, à Strasbourg. (7 AV 52)

Les références qui suivent les textes correspondent aux cotes d'archives des enregistrements intégraux, consultables
aux Archives départementales de la Dordogne.      Photographies : © Denis Bordas

Antisémitisme Dordogne Exclusion Persécution Résistance Mémoire

© A . S . I . J . A .