Aaron WORMS, Rabbin de Metz (suite et fin)

5. Les ascendances LANDAU à Worms

Une des premières mentions d’Abraham Aberle Landau – le 30 octobre 1624 – présente son père R. Moshe comme étant déjà décédé. Le recensement des Juifs de Worms en 1610 mentionne la famille d’Abraham comme habitant la maison zum grünen Baum (= à l’Arbre Vert, maison n° 64) et détaillée comme suit (25) :

nous proposons la traduction suivante : Brendel, veuve de Moshe zum grünen Baum, avec ses quatre enfants : d’abord Michla, mariée à Lazare zum grünen Baum *, Abraham, Isaac et Samuel, tous trois non mariés et demeurant avec eux ; elle loge aussi un pauvre jeune garçon, sinon personne d’autre.
* (renvoi plus bas sur la page) qui a trois enfants : Baruch, Hendle et Berle, tous encore jeunes.

Nous retrouvons Michla, veuve de son époux Elieser Durlach, sur le recensement de 1642 ; elle réside toujours dans la même maison, tandis que son fils aîné le parnass Baruch Durlach habite la maison zur Sonne (= au Soleil). Raphaël, le fils de ce Baruch, épouse sa petite-cousine Brendel, fille de David Elie, fils lui-même d’Abraham Aberle Landau. Nous perdons la trace d’Isaac et de Samuel, les deux frères d’Abraham ; il faut signaler qu’en 1615, les Juifs furent expulsés de Worms pendant plusieurs mois et de nombreuses familles, installées à Hanau ou dans d’autres localités, ne revinrent pas. Moïse ou Moshe Landau est donc décédé avant 1610 ; les listes de décès manquent pour les années 1608 à 1610, et de plus nous n’avons guère trouvé d’éléments sur l’activité de Moïse à Worms : peut-être a-t-il été rabbin ou juge dans une autre communauté pendant une partie de sa vie …?

A la génération précédente, un Aberle Landau qui, de par sa charge de shamash (bedeau), apparaît régulièrement dans le Grüne Buch : aumônes accordées aux pauvres (1561 et 1562), comptes rendus des dépenses de la communauté (1564), listes de mitsvoth (années 1567 à 1570), … Son épouse (non nommée) meurt le 24 août 1581, suivie quelques jours plus tard par son fils Samuel, le 1er septembre ; Abraham lui-même décède le 22 mars 1586. Malgré l’absence de preuve formelle de filiation, nous considérons cet Abraham Aberle comme le père de Moïse et le grand-père de "notre" Abraham Aberle Landau ; la naissance de ce dernier aux environs de 1590, donc peu après 1586, est un indice en faveur de cette théorie. A cette réserve près, nous pouvons dresser le tableau suivant :

Abraham Aberle LANDAU
N vers 1520 à … ? - D 1586 Worms
shamash à Worms - x : … ?, D 1581 Worms

R. Moïse
N vers 1550 … ? - D 1600/1610 Worms ?
x : Brendel, D après 1610
  Samuel
D 1581 Worms
   
R. Abraham Aberle
N vers 1590 à … ? - D 1666 Worms
x Sara BALLIN


Isaac
recensé 1610

Samuel
recensé 1610

Michla
N vers 1580 - D après 1642
x Elieser DURLACH

6. Les ancêtres de Sara BALLIN

Sara BALLIN épouse Abraham Aberle LANDAU peu après 1610. Elle figure sur le recensement de 1610 avec ses parents et ses grands-parents ; ensemble, ils habitent une très vaste maison à l’enseigne zum weissen Ross (au Cheval Blanc, n° 103). Voici, traduite, la description de la famille en 1610 : En 1619, seul Aaron occupe encore la maison – qui, semble-t-il d’après la description des pièces, a été divisée – avec son épouse et ses dix enfants. Les grands-parents Elia et Rössle sont donc tous deux décédés. Selon le Grüne Buch (page 92b) et le Memorbuch (page 10), Aaron Ballin décède le 22 Tishri 5383, soit le 26 septembre 1622 ; son épouse Freudgen est encore citée en 1628.

Sur la base de la source incontestable qu’est le recensement de 1610, il nous est possible de dresser l’arbre généalogique suivant :

Elia (ou Elias) BALLIN
N 1535/1540 - D 1610/1619
x : Rössla, D 1610/1619

Joseph
N vers 1570
x Hendle
d’où en 1610 :

Abraham, David, Simon, Salomon, Jacob
Aaron
N vers 1570
x Freudgen
d’où en 1610 :

Moshé, Salomon, Sara, Bessle, Fromet


Isaac
N 1575/1580
x Schönle
d’où en 1610 :

Süssman


Mündle
N vers 1580
x Jacob "zur Trommel"
d’où en 1610 :

Sara, Salomon, Kele

Les deux fils Joseph et Aaron sont nés vers 1570 (n’oublions pas que Sara se marie vers 1615), tandis qu’Isaac semble né vers 1575/1580 et Mündle vers 1580.


BALLIN
Dans tous les cas, il convient de rectifier nombre de généalogies que nous avons eu l’occasion de lire dans des revues ou sur Internet : Elia n’est visiblement pas décédé en 1603, et ne doit pas être confondu avec un autre Elia Ballin, nommé Elia ben Moshe, décédé en 1587.
Si l’on suit les règles ordinaires qui régissent les prénoms à l’intérieur d’une famille, il est impensable que Elia, père d’Aaron, soit le fils d’Elia ben Moshe décédé en 1587 (ce que de nombreux généalogistes reproduisent dans leur liste d’ascendance).
La découverte du décès de Süssman Ballin, le 10 novembre 1602 nous met sur une autre piste… Ce Süssman est mentionné dans le Grüne Buch dès 1592 ; sa première épouse décède en 1596 trois jours après la naissance d’une fille, et la seconde décède en 1599 ; lui-même est qualifié de "frère d’Aaron" en 1595 : c’est indéniablement le frère aîné de la fratrie recensée en 1610 : son décès prématuré nous avait occulté son existence !
A la lumière de ce prénom Süssman, couramment associé à celui d’Eliezer, nous pensons qu’il est plus plausible de faire d’Elia (le père d’Aaron) un frère de Abraham Ballin (N vers 1545, D 1622), parnass de Worms, lequel nous est connu pour être le fils d’Eliezer Ballin. Dans les sources dont nous disposons voisinent sur plusieurs années deux Elia : celui qui nous intéresse ici (le père d’Aaron) et un autre, parfois nommé Eliyahu, décédé en 1587, fils de Moshe ; jamais on ne cite le père de "notre" Elia … Par contre, on constate que, parmi les Ballin, seuls Abraham et Elia sont taxés lors d’une visite des caves en 1604 et 1605 par le fisc pour leur production de vin ; tous deux acquittent une taxe importante en 1610 pour la maison qu’ils occupent. Tandis que la branche d’Elia ben Moshe s’éteint semble-t-il en 1631 avec Fromet, fille d’Elia et femme du rabbin Feibelmann.
Oscar Ballin, qui effectua d’importantes recherches sur sa famille (26), tira le premier des conclusions erronées d’une consultation peut-être incomplète des sources que nous avons mentionnées ; ces erreurs généalogiques furent ensuite recopiées par Berthold Rosenthal (qui cite Oscar Ballin comme sa source directe d’information sur cette famille) puis par de nombreux autres chercheurs.

Nous proposons au lecteur un arbre généalogique moins prestigieux que celui forgé à partir d’autres sources, mais qui nous semble plus fiable, construit sur la base des seules sources de l’époque, le Grüne Buch et le Memorbuch de Worms :

 

Elia ben Moshé
N vers 1455 - D vers 1510
rabbin à Worms vers 1490

Eliezer (Süssman)
N vers 1500 - D 1551

Moshé
N vers 1485 à ? Worms

Abraham
N 1540/1545 - D 1622
parnass à Worms
Elia
N vers 1535 - D 1610/1619
Elia ben Moshe
N vers 1515 - D 1587
rabbin, talmudiste

Fromet x Leib OPPENHEIM
Süssman
N vers
1565
Joseph
N vers
1565/1570
Aaron
N vers
1570
Isaac
N vers
1575/1580
Mündle
N vers
1580

Pour conclure sur les Ballin, nous suivons la Jewish Encyclopedia, qui ne remonte pas au-delà de Elia Ben Moshe, rabbin à Worms vers 1490, et nous nous rangeons à l’avis exprimé dans Maajan, selon lequel le lien généalogique entre les BALLIN de Worms et un certain Raphaël BALLIN de Nice qui vivait au début du XVe siècle ne peut être établi (27). D’ailleurs le fait que le prénom Raphaël ne se soit pas transmis dans la prétendue descendance installée à Worms constitue plutôt une preuve a contrario de cette parenté.

Abraham EMMERICH – Abraham LANDAU
Il a été écrit récemment que le grand-père de Aaron Worms était un certain Abraham Aberlé de Worms qui succéda en 1663 à son frère Isaac Josua d’Emmerich au poste de rabbin de la communauté allemande d’Amsterdam.
Partant de là, cet Abraham serait membre de la famille Emmerich-Gompertz et descendrait de leur ancêtre Salomon fils de Mordechai Gumpel : cette hypothèse va totalement à l’encontre de ce que nous venons d’établir dans les pages précédentes. En effet, en consultant la version originale de Die Familie Gomperz (28), nous lisons bien dans le chapitre consacré aux Gomperz établis à Amsterdam que les auteurs signalent Isaak Eisik, fils de Josua d’Emmerich, qui fut nommé rabbin avant 1649, eut bien des difficultés pour entrer en possession de son poste, et décéda dans sa ville natale d’Emmerich le 12 juillet 1663 selon le Memorbuch de ce lieu. Son frère Abraham Aberle, qui résidait à Worms, fut appelé pour lui succéder ; celui-ci décéda le 6 juin 1678 à Amsterdam. Les auteurs citent ensuite les descendants d’Isaak : son fils David, son petit-fils Elieser, etc ; ils écrivent (page 326) que les deux frères sont des "descendants de la famille Gomperz", mais n’apportent aucune preuve de leurs dires, et ne proposent aucun raccord généalogique.

Aussi nous présentons plusieurs remarques :

Nous espérons que ces quelques arguments sauront convaincre nos lecteurs de la justesse de nos vues, la généalogie de ces personnages lointains demeurant une science difficile, nécessitant de nombreux recoupements qui ne permettent pas toujours de conclure et de s’attribuer les prestigieux ancêtres souhaités …

Pascal FAUSTINI      
PAGE PRECEDENTE
Rabbins Histoire Accueil

Judaisme alsacien
A . S . I . J . A .