Le Grand Rabbin Robert DREYFUS
(1913 - 2002)
par Le Grand Rabbin Max Warschawski

 

le Rabbin Robert Dreyfus en 1959
Robert Dreyfus vient de nous quitter (le 12 avril 2002, Rosh Hodesh Iyar). Il était le doyen parmi les vingt-cinq rabbins français installés en Israël, et l'un des derniers ayant déjà eu des fonctions avant la guerre.

Né à Sélestat en 1913, Robert Dreyfus, après avoir commencé des études dentaires, décide de se mettre au service de la collectivité juive et entre au Séminaire israélite de Paris. A l'époque, presque tous les élèves étaient ashkénazes et parmi eux quelques alsaciens.

Ayant achevé ses études rabbiniques, Robert Dreyfus est nommé rabbin de Haguenau, succédant à Meyer Jaïs (qui terminera son sacerdoce comme grand rabbin de Paris). Mais sa carrière à Haguenau sera brève : la guerre éclate, il est mobilisé et se retrouve prisonnier en Allemagne. Durant sa captivité, il sut se créer de nombreux amis parmi ses camarades juifs, pour qui il était "le rabbin". Aujourd'hui encore, quelques survivants évoquent la camaraderie de Robert.

Revenu en France, il est nommé adjoint du grand rabbin de la Moselle, Nathan Netter. Robert Dreyfus aura la responsabilité de l'enseignement religieux et nombreux sont les élèves qui parlent de cette période avec nostalgie. Il sera parmi les premiers rabbins à partir en excursion avec les jeunes en culottes courtes, partageant leurs activités.

Mais la communauté de Bruxelles le choisit comme rabbin et il saura se faire aimer de ses fidèles et leur transmettre son savoir. Lorsque se termine la carrière du grand rabbin Netter, le Consistoire de la Moselle appelle tout naturellement Robert Dreyfus à lui succéder. Il saura donner une vitalité nouvelle, appréciée par les communautés consistoriales, comme par les oratoires des Juifs immigrés. Comme porte-parole du judaïsme lorrain, il est le représentant auprès des autorités civiles et militaires, et intervient avec succès en faveur des réfugiés, ainsi que pour l'intégration des Juifs d'Afrique du Nord qui lui en sauront gré, et lui garderont une reconnaissance durable.

Quoi d'étonnant à que sa communauté de Bruxelles le rappelle pour en faire le grand rabbin de Belgique ? Il y sera aussi efficace qu'il l'avait été dans ses fonctions précédentes. La présence à ses côtés de son épouse Gaby contribuera beaucoup au succès qu'il obtient durant sa longue carrière, et lorsque le couple décide de se retirer pour s'installer en Israël, les regrets qu'il laisse tant en Lorraine qu'en Belgique témoignent de la carrière exceptionnelle du rabbin et de son épouse.

Jusqu'aujourd'hui, ses élèves et ses fidèles évoquent celui qui vient de s'éteindre à près de 90 ans. Robert Dreyfus était ouvert à tous, et par-dessus tout d'une modestie exceptionnelle. A Gaby et à ses enfants, petits-enfants et arrières-petits-enfants, vont nos pensées amicales et l'assurance que le souvenir du doyen de leur famille restera durable parmi le judaïsme francophone.


Rabbins Judaisme alsacien Histoire
© A . S . I . J . A .