René Samuel KAPEL
(1907 - 1994)

KapelNé à Paris le 23 septembre 1907, il devient licencié en droit en 1929 et rabbin en 1932. Il exerce ses fonctions de rabbin à Belfort de 1932 à 1934, en banlieue parisienne de 1934 à 1936 et celle de président du Tséiré Mizrahi de Paris (Parti National Religieux, P.N.R.), mouvement sioniste religieux souhaitant la création d'un Etat moderne et religieux en Israël. Rabbin de Belfort de septembre 1936 à septembre 1939, il est élu rabbin de Mulhouse en juillet 1939, fonction qu'il n'exercera que trés peu de temps, puisqu'il sera mobilisé à Orléans le 27 août de la même année.

Il devient alors aumônier du Cinquième corps d'armée jusqu'à sa démobilisation en octobre 1940.
Rabbin des Israélites d'Alsace et de Moselle repliés dans le sud-ouest, il est aumônier de tous les centres d'accueil et camps d'internement du sud-ouest d'août 1940 à la fin décembre 1942. Exercée à plein temps, il s'agit d'une fonction épuisante et dangereuse.
Il fallait se déplacer de camp en camp, rassembler les prisonniers, leur parler réconforter, tenter d'humaniser les conditions de vie. C'était une sorte de d'assistant social, de visiteur de prison. Selon la sévérité du directeur du camp, on pouvait ou non célébrer des offices. Samuel René Kapel fut arrêté par la Feldgendarmerie le 29 décembre 1942.

Après sa libération, il rejoint Grenoble avec l'accord du grand rabbin de France pour devenir aumônier régional de la jeunesse israélite. Il est également aumônier général l'organisation Juive de Combat (O.J.C.) depuis 1942. Arrêté dans les bureaux du Consistoire Central dans le cadre d'une rafle, il parvient à s'échapper et s'établit Castres. II se rend à Paris en juin 1944, où il est arrêté par la Gestapo, incarcéré à Fresnes, puis à Drancy et déporté le 17 août 1944 par le convoi n° 79. Il réussit à s'évader pour rentrer à Paris, le 25 août 1944, date de la Libération de la capitale. Il a été décoré de la médaille de la Résistance française. Il a rédigé en 1986 l'histoire de sa vie durant la guerre.

Après avoir été nommé aumônier de la Jeunesse juive par Léon Meiss, président du Consistoire Central, il est nommé rabbin de Neuilly en 1948, où il développe le Talmud Thora et crée de nombreuses activités communautaires. A la création de l'Etat d'Israël, il est nommé consul général à Paris, avant d'occuper de nombreux postes diplomatiques. Entre 1960 et 1964, il est chef de mission et ministre plénipotentiaire à Athènes et de, 1965 à 1969, ambassadeur d'Israël au Guatémala et accrédité auprès de plusieurs pays d'Amérique Centrale. Conseiller au Ministre des Affaires Etrangères, il prend sa retraite en octobre 1972.
Il a été nommé ambassadeur d'Israë1 à titre personnel. Il a été décoré Chevalier de la Légion d'Honneur ainsi que de la Médaille de la Résistance.
Il est décédé en 1994.

Extraits de la plaquette La Synagogue de Neuilly –sur-Seine 120 d'histoire d'une communauté mars 2000 ; et de Au lendemain de la Shoa par René Samuel Kapel 1991.


Rabbins Judaisme alsacien Histoire
© A . S . I . J . A .