La carrière du Rabbin Armand BLOCH
1865-1952
Extrait du Bulletin de nos communautés No 8 - 19 avril 1952

En 1891, trois jeunes rabbins alsaciens, tous nés dans la même année : (1865) sortirent de l'École du pieux et célèbre Rabbi Hildesheimer et furent nommés en Alsace Joseph Zivi à Wintzenheim (Haut-Rhin), Ernest Weill à Fegersheim et Armand Bloch à, Soultz-sous-Forêts. Tous les trois imprégnés des principes de ce grand Maître et prêts à faire leur la devise de cette École : "Dans toutes les voies pense à Lui, et Il aplanira Ta route" (Proverbes 6:3).

La population juive à la campagne était encore nombreuse à cette époque et le champ d'action ouvert à un jeune rabbin pouvait donner satisfaction à son idéalisme professionnel. Tous les trois, des personnalités marquantes, quoique différentes de tempérament et de caractère, ont répondu à tous tes espoirs qu'on pouvait mettre en eux. Dès leur entrée dans la carrière, ils ont imprimé au judaïsme alsacien un caractère plus prononcé. Ils s'intéressaient à la jeunesse, donnaient un éclat plus brillant aux études hébraïques et spécialement rabbiniques.

Joseph Zivi nous a quittés en 1935 à l'âge de 70 ans, Ernest Weill est mort par suite d'un accident à Aix-lesBains en 1945, âgé de 82 ans, et le dernier, Armand Bloch, vient de s'éteindre après une maladie de quelques mois, jeudi 20 mars ayant encore pu fêter son 87ème anniversaire (le 1er Adar) entouré de ses enfants.

Armand Bloch est né le 27 février 1865 à Strasbourg où son père (R. David Bloch) était professeur de Talmud privé. Son grand-père, R. Moïse Bloch, connu sous le nom de 'Hokhom (le Sage) d'Uttenheim, avait été rabbin dans ce petit village près de Benfeld. Notre regretté ami avait donc de qui tenir. Il fréquentait d'abord l'école élémentaire juive de Strasbourg, et de 1877 à 1886, le Gymnase Protestant. En même temps, son père initia le garçon extrêmement doué, dès son jeune âge, aux études talmudiques. Encore élève, il obtint de son professeur Euting la permission de suivre ses cours sur les inscriptions phéniciennes qu'il donna à l'Université. Cette matière l'intéressait tellement qu'il en fit plus tard la thèse de son doctorat : "Neue Beiträge zu einem Glossar der phönizischen Inschriften", thèse qu'il présenta en 1890 à la Faculté de Leipzig. Ce petit ouvrage dépassait en qualité de loin une thèse ordinaire et figure en bonne place comme source du phénicien dans les dictionnaires hébreux et des autres langues sémitiques. Il menait de front ses études universitaires et théologiques au Séminaire, où enseignaient à côté d'Israël Hildesheimer, son fils Hirsch, Berliner et Barth.

Muni du diplôme rabbinique, il quitta en 1891 le Séminaire pour avoir comme premier poste Soultz-sous-Forêts, où il resta jusqu'en 1896. C'est sous son rabbinat que la si belle synagogue de Soultz a été construite. Grièvement endommagée par les bombardements de la dernière guerre, cette Schule attend encore sa restauration. A Soultz également, Armand Bloch s'est marié avec Caroline Wertheimer qui lui a donné dix enfants dont six (quatre fils et deux filles) sont encore en vie. L'aîné, David, est président de la communauté traditionnelle de la rue Montevideo à Paris et un autre, Henri, est membre de comités de nombreuses oeuvres à Strasbourg. Son épouse, une digne compagne de rabbin, lui a été ravie par la mort en 1939. En 1896, Armand Bloch fut nommé à Obernai, rabbinat qu'il administrait jusqu'en 1919, où il a laissé le meilleur souvenir. Ensuite, il devint le rabbin de Saverne où il resta jusqu'à sa mort.

Pendant la guerre, après un court séjour à Nice, il s'exila à Alger où il groupa autour de lui une petite communauté de réfugiés. Après la guerre, il s'agissait pour lui de réorganiser sa communauté et de restaurer la synagogue endommagée et profanée. Il lui a été donné de présider encore à sa réinauguration solennelle.

Comme rabbin et aumônier il a rempli son devoir. Mais Armand Bloch possédait les facultés d'étendre son activité au delà des synagogues et des écoles de sa circonscription rabbinique: il était un des fondateurs, et ensuite le président de l'Association des Rabbins d'Alsace et, de Lorraine. Comme tel, il a eu une influence prépondérante sur les affaires religieuses et administratives du judaïsme de nos départements. Nous voudrions ici répéter quelques paroles que nous avons prononcées en face de son cercueil, dans la salle où nous l'avons si souvent entendu discuter des passages talmudiques les plus difficiles :

"Depuis 1902, Armand Bloch a présidé aux destinées de notre corporation. Comme secrétaire de l'Association pendant la même période, je pouvais mieux que quiconque apprécier ses services rendus et admirer le dévouement avec lequel notre ami a su diriger nos séances et a voulu veiller aux intérêts du rabbinat et à celui de nos communautés."
Attaché de toutes les forces de son âme au judaïsme traditionnel, il était un gardien zélé de son honneur, il se montrait jaloux de son bon renom, vigilant défenseur de ses pratiques.

La Caisse des Veuves et des Orphelins des Rabbins, elle aussi, avait en Armand Bloch pendant de longues années son président de facto, sa cheville ouvrière, le président de jure étant un membre du Consistoire.

Lorsqu'en 1910, nous avons créé la revue hebdomadaire Das Jüdische Blatt qui parut jusqu'à la guerre de 1914, Armand Bloch était parmi ses fondateurs et un de ses plus zélés collaborateurs. Enfant de Strasbourg, il a publié une série d'articles sur la vie de sa communauté juive (Aus dem Strassburger Gemeindeleben - 2ème année, à partir du N° 3). Les oeuvres charitables, les unes après les autres,. sont passées en revue.

Nous ne pouvons pas oublier ce qu'il nous a donné dans nos réunions amicales (appelées par nous asséphoth) où nous nous penchions chaque mois sur les pages du Talmud pour entendre de sa bouche les explications qui étaient celles d'un vrai Talmid-'Hakham (Disciple des Sages).

de g. à dr. : Georges Marcel, Gabi Schlamme, Mme Bloch, Armand Bloch, Margot Bloch-Klein, l'Amiral René Bloch,
à Saverne chez le rabbin Bloch
Armand Bloch
Pour arracher à l'oubli cette belle habitude, il me parait utile de donner ici son histoire : c'était vers 1900 que les rabbins Salomon Bamberger, de Cernay, Arthur Cohn, de Bâle, Samuel Schueler, de Bollwiller et Dr. Z. Wolff, de Colmar ont invité leurs amis et collègues plus jeunes à Colmar, à des réunions régulières qui eurent. lieu. dans l'École Rabbinique, au boulevard Saint-Pierre N° 4. Des sujets talmudiques furent traités alternativement par les participants. L'École de Colmar ayant été dissoute en 1898, ses conférences cessèrent pendant. quelques années, Elles furent reprises vers 1910 sur l'initiative d'Ernest Weill, à Strasbourg. Lorsqu'en 1919 Ernest Weill, devenu grand rabbin de Colmar ne trouvait plus le temps de faire les voyages réguliers à Strasbourg, c'est Armand Bloch qui le remplaça. Depuis le retour de l'exil, ces réunions eurent lieu dans sa maison à Saverne ; sa maladie survenue l'année passée, nous a privés de cet enseignement de maître. Le petit nombre de rabbins survivants regretterait amèrement, si avec lui, cette belle coutume devait disparaître. Car ce n'était pas seulement une occasion d'étudier le Talmud mais aussi de nous entretenir de questions d'actualité et de connaître les vues de ceux qui devinrent ainsi nos "maîtres".

Armand Bloch était aussi un patriote ardent et le gouvernement lui a décerné en juillet 1931 le grade de chevalier de la Légion d'honneur, couronnement d'une vie passée au service de la Patrie et de la Religion.

Cette vie si riche en activité et en dévouement d'un bon rabbin est parvenue à son terme : zkhouto yaguen aleinou
Que son mérite soit une consolation pour les siens, un appui et un stimulant pour nous tous.

 

Rabbins Judaisme alsacien Histoire
© A . S . I . J . A .