Pasteur Bernard KELLER
1929 - 2008


Le pasteur Bernard Keller a enseigné pendant 31 ans à la Faculté de Théologie prostestante de l'Université Marc Bloch de Strasbourg, de 1965 à 1996, en tant que maître assistant puis maître de conférences. Pédagogue né, il a développé un matériel pédagogique d’une extraordinaire richesse.Grand connaisseur des livres de l’Ancien Testament, il savait en faire partager la richesse. Il aimait à les replacer au sein de l’histoire d’un peuple, qui conduit des patriarches au début de notre ère et qui se prolonge, tant dans le judaïsme que dans le christianisme, jusqu’à nos jours, traversée, irriguée, fécondée par la verticale d’une tradition. L’attention qu’il portait aux fêtes, rites porteurs d'une cette dimension verticale de la tradition, illustre sa prise en compte d’un passé porteur de sens pour le présent et l’avenir.

L’intérêt plus large qu’il accordait à l’histoire et à certains groupes, comme les mennonites, ou certaines figures marquantes, tel Jean-Frédéric Oberlin, dont les initiatives novatrices ont ouvert de nouvelles voies et contribué à ouvrir de nouveaux horizons, participait de cette conviction que le temps, pour être vécu pleinement, ne saurait l’être que dans une dimension historique. Mais e tradition était inséparable, pour Bernard Keller, de l’action dans le temps présent. Il y avait d’abord, celle qu’il avait instaurée, à la Faculté, de mercredi en mercredi,où venaient se retrouver toutes celles et tous ceux qu’il savait passionner pour cette histoire biblique et, par delà, pour l’histoire en général.

Cette action se prolongeait aussi dans les instances de dialogue interreligieux auxquelles il participait. Au sein de l’amitié judéo-chrétienne de Strasbourg, il s’est intégré dans l’oeuvre des pionniers qu’étaient André Neher, Mgr Léon-Arthur Elchinger, Edmond Jacob, Marcel Simon et Lazare Landau. Il s’est ainsi agrégé à l’équipe, comprenant le Père Théophane Chary, le rabbin Claude Gensburger et le Pasteur Blaise Chavannes, qui s’est attelée à la rédaction de fiches consacrées à Ce que chacun doit savoir du Judaïsme. Le dialogue ainsi conduit n’a cessé de s’étendre, des personnalités de confession musulmane, comme MM. Talha et Latahy, venant s’y joindre, au sein d’une Nouvelle Entente Fraternelle, dont le sigle, NEF, peut évoquer non seulement une cathédrale ou une église, mais aussi un navire lancé sur les flots.

Une autre aventure, dans laquelle Bernard Keller joua un rôle pionnier tout en se donnant sans compter pour elle, fut celle du grenier synagogue de Traenheim. Alerté sur la présence de lettres hébraïques sous l’enduit qui recouvrait les murs de ce grenier, il mesura d’emblée l’ampleur et l’intérêt du lieu. Il s’investit sans compter pour mettre au jour puis faire connaître et classer tout le trésor, miraculeusement préservé, qui se trouve rassemblé en cet endroit, dont un pasteur protestant avait voulu, en 1722-1723, empêcher la transformation en synagogue. Et il se plaisait à souligner, après le classement dudit grenier à l’inventaire des monuments historiques, que c’étaient des protestants qui avaient oeuvré pour cela. Il en concluait que les temps peuvent changer.

Ces temps nouveaux de la réconciliation et du dialogue, il les vivait aussi au sein de la NEF, et le logo qu’il a dessiné pour illustrer ce sigle peut apparaître représentatif de ce que demeure Bernard Keller à la fois en tant que pédagogue, dessinateur, artisan de dialogue, promoteur de la verticale de la tradition dans l’horizontale de la communion. On y voit un bateau, horizontal, comme il se doit, poussé par un mat qui revêt la forme d’une croix et qui est équipé d’un foc, qui affecte la forme de l’étoile de David, et d’une autre voile, qui revêt l’aspect du croissant musulman.

Bernard Keller était un membre actif de la Société d'Histoire des Israélites d'Alsace et de Lorraine. Dès la création du Site du judaïsme d'Asace et de Lorraine, il avait enrichi ce projet en y contribuant par toute une série d'articles : ils sont regroupés dans ce dossier, et on y ajoutera celui qu'il a consacré à la synagogue de Traenheim.

Relations judéo-chrétiennes
 
         

© A . S . I . J . A .