Paul FAGIUS
hébraïsant, pasteur et pionnier
1504-1549
par Bernard KELLER
Professeur de Théologie protestante à l'Université de Strasbourg

Extrait de l'Almanach du KKL-Strasbourg 2004
avec l'aimable autorisation de l'auteur

L'Eglise et la Synagogue sur l'église luthérienne Saint-Pierre-le-Jeune - © B. Keller
On trouve à Strasbourg des lieux de mémoire qui permettent d'évoquer les relations entre les Juifs et leurs contemporains. Certains de ces lieux sont signalés par des plaques explicatives, ou bien ils font partie d'itinéraires privilégiés à certaines occasions, telles les journées du patrimoine. Mais il y en a d'autres encore, qui méritent l'attention. Ainsi, l'église luthérienne Saint-Pierre-le-Jeune, située sur la place du même nom, en bordure de la rue de la Nuée-Bleue.

Ambiguïté des lieux de mémoire : luthérienne depuis la Réforme du 16ème siècle (1), cette église offre notamment aux regards du passant les statues de la Synagogue et de l'Eglise, conçues dans le même esprit que celles du portail sud de la cathédrale (2). Fâcheuse impression ! Elle fait penser à la continuité de l'enseignement du mépris - notamment par l'image - entre l'Eglise médiévale et les imprécations du Luther vieillissant contre les juifs (3). On sait aussi que, par la suite, une partie non négligeable des pasteurs luthériens ont entretenu la vigueur de ce courant empoisonné de l'antijudaïsme théologique (4). D'autres pasteurs, comme Jean-Frédéric Oberlin, à l'inverse, tenaient un langage particulièrement net en faveur d'un renouveau de la pensée théologique chrétienne concernant le peuple juif, et ils prêchaient d'exemples (5).

Une remarque de Marc Lienhard dans son ouvrage sur Luther (6) nous ramène à Saint-Pierre-le-Jeune : l'opinion courante veut que la violence antijuive de Luther à la fin de sa vie ait eu pour origine la déception qu'il éprouvait de n'avoir pu convertir les juifs en masse. Il se serait imaginé que, renouvelant la prédication chrétienne par un retour aux sources évangéliques, son message allait convaincre les juifs d'accepter Jésus comme leur Seigneur. Mais Marc Lienhard nuance et complète : dans l'univers protestant qui se constituait en Europe, un bon nombre de pionniers du protestantisme naissant montraient un intérêt très puissant pour l'enseignement et l'exégèse de leurs compatriotes juifs. Lienhard écrit (7):

"... Luther discernait chez certains de ses contemporains chrétiens une valorisation du peuple juif et de l'autorité de l'Ancien Testament qui lui paraissait hautement critiquable. En effet, influencés par l'exégèse rabbinique, certains adeptes du mouvement évangélique se mirent à prêcher que les juifs avaient, en tant que juifs, un rôle particulier à jouer dans le nouveau Royaume dont la venue était imminente. Ainsi, dans son Commentaire sur Osée (1527), le Strasbourgeois Capiton affirmait que les juifs allaient, au cours des derniers jours, être à nouveau rassemblés en Palestine et qu'ils restaient le peuple élu."
Nous y voilà ! Nous sommes à Strasbourg, au tout début de la Réforme. Déjà un homme comme Wolfgang Capiton, formé comme théologien catholique de haut niveau, devenu prédicateur évangélique à Saint-Pierre-le-Jeune dès 1524, étudie et enseigne l'hébreu. Il fait partie de ceux que Gérard E. Weil appelle "les hébraïsants chrétiens du 16ème siècle" (8).

FagiusAux côtés de Martin Bucer (une rue à Strasbourg), et Matthieu Zell (une place à Strasbourg-Cronenbourg) et d'autres, il est le spécialiste de l'enseignement de l'hébreu (9). La réputation de Capiton dépasse cette rive du Rhin. Elle atteint Heidelberg où un tout jeune étudiant du nom de Paul Büchlein se passionne pour les études hébraïques. Il décide d'approfondir ses connaissances en suivant les cours de Capiton (10). À l'âge de 18 ans, en 1522, il arrive à Strasbourg où il reste cinq ans se consacrant à la grammaire, lexique et textes sous la direction de Capiton et se fait remarquer par Bucer. On écrira que le dénuement matériel l'a arraché à cette conquête intellectuelle dans une ville dont il apprécie les avantages culturels. II trouve un emploi d'éducateur-recteur de l'école latine à Isny, en Souabe, au-delà du lac de Constance, qui lui assure une sécurité matérielle tout en lui permettant de continuer à étudier.

L'imprimerie

C'est vraisemblablement à cette époque que Paul Büchlein devient Paul Fagius.
Une grande idée le travaille alors, la vision d'une collaboration étroite entre juifs et chrétiens, concrètement, pour diffuser les connaissances hébraïques et bibliques par le livre. Cette vision, il n'a pas à en attendre trop longtemps la réalisation. Deux riches marchands sont acquis au projet et lui procurent de quoi la concrétiser. Pierre et Jost Buffler débloquent les fonds nécessaires à la construction et à l'équipement d'une imprimerie que dirigera Paul Fagius (11). En même temps, les associés écrivent en Allemagne et en Italie pour proposer aux Juifs qui seraient intéressés une collaboration mutuelle. On imprimerait leurs oeuvres et ils travailleraient à l'impression.

Une réponse arrive. Elle est donnée par le célèbre bibliste et grammairien, Élie Lévita. Celui-ci est installé à Venise et publie ses travaux pour le compte du Cardinal Gilles de Viterbe chez Daniel Bomberg, lequel a imprimé une bible hébraïque, modèle de toutes celles qui paraîtront jusqu'au 19ème siècle. Or Daniel Bomberg vient de cesser son activité. Elle considère alors que la proposition d'Isny est providentielle. Il écrira :

"Ce même jour [...] il me parvint une lettre d'un chrétien demeurant en Allemagne et qui m'apportait la bonne nouvelle de la création récente d'une imprimerie destinée à éditer des ouvrages sans nombre. Il faisait appel à moi, son serviteur, pour être son assistant, afin de corriger les livres qu'il imprimerait; il m'offrait, pour ma peine, un bon salaire. De plus, il m'écrivait qu'il avait entendu que je détenais des ouvrages de mon cru encore inédits. II souhaitait les imprimer selon mon bon plaisir. En entendant ses gracieuses paroles, je m'écriais 'que c'était là une heureuse conjoncture'; en ce jour je pouvais espérer éditer tous les livres que j'avais écrits durant ma vie..." (12)
Il faut maintenant essayer de se représenter ces quelques années d'une aventure humaine, intellectuelle et spirituelle qui unit dans une profonde amitié le grammairien juif, versé dans la massorah, et l'intellectuel chrétien. Dans l'ambiance à la fois animée et studieuse de l'imprimerie, naissent des livres tantôt rédigés par Lévita (le Meturgeman, le Tishbi), tantôt par Fagius (traduction latine des Pirqê Avoth, un commentaire des quatre premiers chapitres de la Genèse) mais assurément relus, corrigés et fabriqués par l'un comme par l'autre. D'autres ouvrages encore sortiront des presses d'Isny, de la même manière, en 1542 et 1543.

Entre-temps, en 1536, Fagius a fait un séjour à Strasbourg pour acquérir les grades universitaires qui lui permettent d'être pasteur. On lui propose un poste à Constance, mais il a la nostalgie de Strasbourg et de ses possibilités d'études approfondies. Un accord amiable est conclu avec les différentes communautés parties prenantes : d'abord un an à Constance, ensuite Strasbourg. Le déménagement pour Constance inclut la presse d'Isny et le matériel d'imprimerie. En 1543, en sortiront trois ouvrages élaborés par Fagius, la deuxième édition du commentaire des premiers chapitres de la Genèse, une méthode d'hébreu et une version bilingue, hébreu-latin, d'un commentaire de David Kimhi sur les 10 premiers psaumes de David.

Retour à Strasbourg

L'église luthérienne Saint-Pierre-le-Jeune
© B. Keller
En 1544, c'est donc Strasbourg. La silhouette aiguë de Saint-Pierre-le-Jeune est maintenant le décor principal de l'activité du pasteur Paul Fagius. Il a pris la succession de son maître Capiton, aussi bien comme prédicateur que comme enseignant à la Haute Ecole (13).
On peut imaginer qu'il communique à ses auditeurs et élèves sa passion pour la hebraica veritas. S'il n'est plus imprimeur, il reste auteur. Un imprimeur de Strasbourg va composer pour lui le premier tome de sa traduction latine du Targum d'Onqelos, une nouvelle édition de son commentaire de Genèse 1-4, ainsi que l'ébauche d'une concordance qu'il nomme 'Air nativ et qui sera complétée plus tard par Anton Reuchlin.

Homme de la Renaissance, Paul Fagius étonne - comme tous ceux qui ont marqué cette époque - par sa puissance de travail. Son engagement de pasteur d'une forte communauté strasbourgeoise suffirait à un homme normalement constitué, mais il est aussi professeur ("enseignant chercheur" en termes contemporains), tout en passant une partie de l'année 1546 à réorganiser l'université de Heidelberg, ses publications laissent deviner le temps qu'il passe à rédiger et à traduire. Il faut aussi malheureusement ajouter qu'il est le champion d'une certaine conception du christianisme, qui l'oblige à mener un incessant combat aux côtés de Martin Bucer, à partir du moment où cette conception est menacée. En 1548, l'empereur Charles-Quint fait pression sur le magistrat de Strasbourg pour que la ville applique l'Intérim (14), autrement dit que les protestants, (qui constituent la grande majorité des Strasbourgeois), reviennent à des croyances et à des pratiques proches du catholicisme. Hommes de conviction, Martin Bucer et Paul Fagius s'opposent à la fois au pouvoir impérial et au pouvoir local. Ils sont démis de leurs fonctions, bannis, et doivent prendre le chemin de l'exil en avril 1549.

L'Angleterre les accueille. Elle propose à Fagius la chaire d'hébreu de l'université de Cambridge. Il ne l'occupera pas, mourant (d'épuisement ? d'empoisonnement ?) à la rentrée d'automne de cette même année 1549.

Un "Pionnier"

"Pionnier" figure dans le titre de cette chronique. En ce sens que Paul Fagius est allé très loin en avant dans un cheminement commun avec le judaïsme. Bien plus loin que d'autres pasteurs, pourtant bienveillants à l'égard des juifs, mais non dénués d'une intention de prosélytisme. Quelle vision encourageante que cet atelier d'imprimerie d'Isny, où s'élaboraient des connaissances, distinctes et pourtant communicantes ou que cette chaire de la Haute École de Strasbourg, dont le titulaire donnait accès à la littérature hébraïque aux futurs théologiens protestants. On peut, on doit espérer que l'itinéraire balisé par Paul Fagius, le pionnier, sera encore celui que vont parcourir des humains éclairés et de bonne volonté.


Une dernière touche au portrait du pionnier Paul Fagius. Alors qu'il combattait pour l'instauration d'une vie chrétienne authentiquement inspirée par l'évangile, Fagius restait hébraïsant, et affirmait son étroite connivence avec le monde juif de son temps: le 18 avril 1549, juste avant de s'embarquer pour l'Angleterre, dans le port de Calais, il eut l'occasion de faire parvenir du courrier à Strasbourg. La lettre qu'il adressa à Conrad Hubert, diacre à l'église Saint-Thomas. Il l'écrivit... en yiddish ! Et Conrad Hubert lut sans peine, indice que des protestants strasbourgeois n'étaient pas étrangers à la culture juive.
Les lecteurs de l'Almanach pourront délaisser pour un temps leurs mots croisés habituels et prendre connaissance de ce courrier grâce à la reproduction qui leur en est donnée ici (15).


Notes

  1. Il y eut bien une reconquista catholique romaine en 1682. Elle obtint le choeur du bâtiment pour célébrer la messe. Cette situation cessa à la construction de l'église catholique dite aussi de Saint-Pierre-le-Jeune, à côté du tribunal, à la fin du 19è siècle.   Retour au texte.
  2. Ces statues de Saint-Pierre-le-Jeune sont, semble-t-il, assez récentes. On sera attentif à la prochaine parution de l'ouvrage du Dr. Léopold Asch sur ce thème de l'Iconographie chrétienne de la Synagogue et de l'Église.    Retour au texte.
  3. Les Églises luthériennes d'aujourd'hui se sont formellement désolidarisées des prises de position contre les juifs de leur fondateur. Résumé historique et textes récents dans Positions Luthériennes, avril-juin 2002. Voir aussi l'Almanach du KKL, 2002, pages 23-30.    Retour au texte.
  4. Notamment les pasteurs Hoppensack et Lang. Voir André M. Haarscher, Les Juifs du comté de Hanau-Lichtenberg. Strasbourg, 1997, pages 246-247.    Retour au texte.
  5. Voir Le pasteur Oberlin et les juifs dans l'Almanach du KKL, 2000 et sur le site web du judaïsme d'Alsace et de Lorraine    Retour au texte.
  6. Marc Lienhard, Martin Luther, un temps, une vie, un message. Centurion/Labor et Fiées, Genève, 1983, pages 259 à 274.    Retour au texte.
  7. Pages 268-269 de son ouvrage cité note 6.    Retour au texte.
  8. Ancien rabbin de Saverne, puis professeur d'université et directeur d'institut, Gérard Emmanuel Weil, trop tôt disparu, a publié un ouvrage très complet sur cette période, autour d'un personnage principal: Elie Lévita, humaniste et massorète (1468-1549), Leyde, Brlll, 1963., B.N.U.S., cote E 500 574/7.    Retour au texte.
  9. A l'époque, il a déjà fait paraître à Bâle deux introductions à l'étude de l'hébreu, chez Froben, 1516 et 1518.    Retour au texte.
  10. Paul Büchlein, né à Bergzabern en 1504, latinisera son nom plus tard en Paul Fagius. C'est sous ce nom qu'il est passé à la postérité. La vie et l'oeuvre de Büchlein/Fagius dans Richard Raubenheimer, Paul Fagius. Verôffentlichungen des Vereins for pfàlzische Kichengeschichte, Band 7 B.N.U.S. cote E 500 309/6. Voir aussi la notice d'Ed. Jacob dans le Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne. B.N.U.S., cote M 43 903 à «Fagius».    Retour au texte.
  11. Détails de l'entreprise dans G. E. Weil, cité, pages 238 à 243.   Retour au texte.
  12. G. E. Weil, page 133.    Retour au texte.
  13. Faculté de théologie protestante, fondée en 1538, embryon de la future université de Strasbourg.   Retour au texte.
  14. L'Intérim d'Augsbourg est le nom donné à une constitution impériale du 15 mai 1548, élaborée à la demande de Charles-Quint, et dont l'effet attendu aurait été d'apaiser les conflits entre Etats catholiques et Etats protestants en réduisant les conquêtes théologiques et liturgiques du protestantisme. Cette stratégie a surtout eu pour effet de mécontenter les deux parties.    Retour au texte.
  15. Le regretté Rodolphe Peter, professeur à la faculté de théologie protestante de Strasbourg, avait retrouvé ce document dans les archives de St.-Thomas. Il l'a publié dans la Revue d'histoire et de philosophie religieuses, année 1979, pages 385 à 390.    Retour au texte.
Traditions Judaisme alsacien Histoire
© A . S . I . J . A .